Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Investissements Immobiliers > Rachat de Crédit > Rachat de crédit partiel : est-ce possible ? Quelles conditions ?

Rachat de crédit partiel : est-ce possible ? Quelles conditions ?

Rachat de crédit partiel : est-ce possible ? Quelles conditions ?

Lorsque les mensualités deviennent difficiles à assumer, que le taux d'un prêt semble un peu élevé, ou que de nouveaux projets pointent le bout de leur nez, étudier l'option du rachat de crédit semble être plutôt judicieux. Implique-t-il d'y intégrer la totalité des crédits en cours ? Sous quelles conditions est-il possible d'en extraire certains ? On vous éclaire.

Qu'est-ce que le rachat de crédit ?

Au cours d'une vie et au fil du temps, il est classique de souscrire plusieurs crédits, dont souvent un crédit auto, un crédit immobilier, et parfois d'autres crédits affectés ou non, pour s'équiper, voyager, se marier, rembourser une dette de consommation, un ou plusieurs loyers de retard, ou autre. En bref, chacun choisit ou subit les aléas de la vie, qui ne sont pas toujours prévisibles. Il arrive donc que le quotidien bien rodé d'hier, soit devenu un présent bien difficile à surmonter financièrement. Dès lors que le reste à vivre commence à devenir trop insuffisant, et ne permet ni d'épargner, ni de répondre à des imprévus, c'est alors que le rachat de crédit intervient et prend tout son sens.

Son but : Simplifier la gestion des crédits en cours. Plusieurs crédits, au-delà de parvenir à s'acquitter de leur remboursement, ce sont tout autant de mensualités différentes, de dates de prélèvement différentes, de taux différents, de durées différentes, etc. Le rachat de crédit permet de rassembler les crédits en cours pour n'en faire qu'un seul et unique. Ses avantages ?

  • Une gestion facilitée, par une seule mensualité prélevée par un organisme prêteur unique;
  • Un taux d'intérêt unique;
  • Une durée de remboursement réajustée;
  • Des mensualités révisées à la baisse;
  • Une seule assurance emprunteur, puisqu'un seul prêt;
  • La possibilité de financer un nouveau projet.

Vous l'aurez donc compris, le rachat de crédit est une bonne alternative à un quotidien financier devenu trop tendu. C'est la preuve d'une réactivité parfaite et au bon moment d'un emprunteur transparent avec le ou les organismes prêteurs en ce qui concerne sa situation financière. Recourir au rachat allège le budget dans l'instant, ce qui permet de vivre plus décemment. Certes, et sans mascarade aucune, le rachat de crédit présente un coût global plus élevé que les crédits initiaux. Les mensualités étant étalées dans la durée, les intérêts sont dus plus longtemps, donc le crédit coûte plus cher. Mais lorsque l'engagement sur plusieurs années est trop difficile à tenir, il doit s'imposer comme une évidence pour un budget mensuel serein. N'oublions pas que les difficultés financières entraînent bien souvent vers les retards ou incapacités de paiement, qui sont l'entrée dans la spirale de l'endettement, dont il est ensuite difficile de s'extraire. Mieux vaut miser sur la sécurité, que d'être toujours sur le fil rouge.

Pourquoi opter pour un rachat partiel de crédit ?

Nous le disions, le rachat de crédit permet de regrouper ses divers crédits en une seule mensualité. La subtilité du rachat total ou partiel réside donc dans le nombre de crédits à regrouper. Il est possible de regrouper l'intégralité de ses crédits, mais il est également possible d'en extraire certains. C'est ce que l'on appelle le rachat partiel de crédit. Nous vient alors une question : Pourquoi opter pour le rachat partiel ? Dans une démarche d'alléger ses mensualités et de les ré-étaler, quel est l'intérêt de ne pas tous les inclure ? Et bien c'est en réalité une question qui ne peut obtenir de réponse universelle. C'est un cas par cas qui s'opère. Intéressons-nous donc à ces situations où le rachat partiel est préférable.

La fin d'un crédit en cours

Lorsqu'un crédit arrive à quasi-échéance de son remboursement, il est peu judicieux de l'intégrer au rachat de crédit. Cette mensualité ne sera bientôt plus due, et les intérêts associés non plus, alors qu'en l'intégrant au rachat, elle augmentera les intérêts à verser mensuellement. Si le rachat rassemble plusieurs autres crédits, le reste à vivre augmenté pourra permettre d'assumer ces dernières mensualités jusqu'à échéance, pour retrouver un meilleur pouvoir d'achat ensuite. En-dessous d'un an de remboursement restant, mieux vaudra donc ne pas intégrer le crédit concerné.

Un prêt à taux zéro (PTZ) ou à taux très avantageux

Le PTZ est un prêt complémentaire à un prêt immobilier principal plus conséquent, et devrait donc logiquement être intégré au rachat de crédit. Mais rappelons bien qu'un rachat de crédit impose un taux lissé, qui ne tiendra pas compte des anciens crédits ou taux. La banque ne fixera jamais le taux du rachat de crédit à 0 %, ni même à un pourcentage inférieur à celui déjà appliqué sur les prêts rachetés. Pourquoi ? D'abord parce que tout prêt engendre des frais. Le cas du PTZ est particulier puisque les frais sont assumés par l'Etat. Mais en se concentrant uniquement sur le rachat de crédit, comprenons bien que la banque trouve évidemment son intérêt à racheter les crédits pour les regrouper en un seul. Elle s'assure d'abord de la solvabilité de l'emprunteur, de sa capacité de remboursement en étalant les échéances. En allongeant la durée du prêt, elle gagne plus d'argent par les intérêts qui, versés plus longtemps, sont évidemment plus conséquents. Donc il ne serait pas de son intérêt de se caler sur un taux 0. Il sera alors préférable de conserver son PTZ, donc de n'opter que pour un rachat de crédit partiel.

Dans quelles situations ne peut-on pas opter pour le rachat de crédit partiel ?

La banque racheteuse ne laisse pas toujours le choix à l'emprunteur d'opter pour un rachat de crédit total ou partiel, comme elle peut d'ailleurs parfaitement refuser le rachat, estimant que son risque pris est trop important. Elle étudiera minutieusement l'ensemble de la situation financière, mais aussi personnelle et professionnelle de l'emprunteur, avant de se prononcer quant à une offre de rachat. Dans certains cas, elle peut exiger que la totalité des crédits soient intégrés.

D'abord, lorsque le crédit initial concerné est lié à une garantie d'hypothèque. Elle peut par exemple exiger que le PTZ lié à cette garantie soit intégrée au rachat. Si la banque racheteuse exige une garantie d'hypothèque sur le rachat de crédit, comme ça sera bien souvent le cas lors d'un rachat incluant un prêt immobilier encore conséquent à rembourser, elle exigera alors que soient intégrés l'ensemble des crédits, pour s'assurer sa propre sécurité de remboursement.

Egalement, elle peut refuser qu'un crédit soit exclu du rachat si le taux d'endettement de l'emprunteur est déjà atteint, voire dépassé. Si, avant le rachat, le taux d'endettement dépassait déjà les 33 %, alors la banque imposera d'intégrer l'ensemble des crédits au rachat de crédit pour lisser l'ensemble des mensualités dans la durée, et retrouver une stabilité et une sérénité financière.

 
 

Simulation Rachat de Crédit
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers