Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Investissements Immobiliers > Rachat de Crédit > Rachat de crédit sur 15 ans (180 mois) : conseils et comparateur

Rachat de crédit sur 15 ans (180 mois) : conseils et comparateur

Rachat de crédit sur 15 ans (180 mois) : conseils et comparateur

Retrouver un reste à vivre suffisant, récupérer du pouvoir d'achat pour se réserver un budget loisirs, et même idéalement un budget d'épargne, est la promesse faite par le rachat de crédit. Regrouper ses dettes en un seul crédit étalé sur 15 ans : Voici comment y parvenir.

Pourquoi envisager le rachat de crédit sur 15 ans ?

A chaque nouveau projet, à chaque bouleversement ou évolution de sa vie personnelle, professionnelle ou familiale, correspond généralement un nouveau besoin de financement, ou alors un changement de sa capacité financière, parfois plus restreinte. Malheureusement parfois, les mensualités deviennent difficiles à assumer, et les fins de mois sont dans le rouge. Tant que les difficultés ne dépassent pas l'utilisation d'une partie du découvert, donc avant que des retards ou défauts de paiement ne commencent à se cumuler, le rachat de crédit est une option fort intéressante à étudier.

Son principe est plutôt simple, du moins sur le papier. Ce dernier consiste à fusionner plusieurs crédits, ou à racheter un crédit immobilier unique, pour bénéficier de mensualités plus faibles. En pratique, la banque racheteuse va ré-étaler le prêt unique pour proposer des mensualités correspondant aux capacités de financement de l'emprunteur, mais aussi une seule et même assurance emprunteur, un seul taux d'intérêts, et des conditions uniques. Hormis le crédit immobilier, le rachat de crédit pourra concerner :

  • Des crédits à la consommation de toutes sortes : prêt affecté type auto ou travaux, prêt personnel non affecté, crédit renouvelable ou leasing par exemple,
  • D'autres crédits immobiliers, type prêt à l'accession sociale (PAS), prêt à taux zéro (PTZ), prêt épargne logement (PEL), prêt conventionné, etc.,
  • Des dettes financières, et notamment un découvert bancaire à rembourser,
  • Des dettes ménagères, qui pourront être un impôt, des loyers de retard, des factures de consommation, etc.

A quel profil d'emprunteur s'adresse le rachat de crédit sur 15 ans ?

A priori, le rachat de crédit sur 15 ans s'adresse à tous les emprunteurs. En théorie, du moins. Parce qu'en pratique, certains profils seront privilégiés. Une explication transparente peut y être donnée. D'abord, le rachat étalé sur 15 ans doit répondre au critère d'âge de l'emprunteur. Pour tout crédit, on estime que la dernière échéance de remboursement doit intervenir avant le 75ème anniversaire de l'emprunteur. Aussi, solliciter un rachat sur 15 ans, alors que l'emprunteur a passé les 60 ans, semble bien plus difficile à obtenir. Mais l'âge est un critère qui s'apprécie en corrélation à d'autres paramètres, comme notamment la trésorerie disponible, les biens acquis, entre autres.

De manière plus générale, le rachat de crédit sur 15 ans cible les propriétaires. Mais pas n'importe lesquels. Il cible ceux dont le crédit immobilier en cours représentera moins de 60 % du coût global du rachat. Pourquoi ? Parce que cela signifie que le crédit immobilier a déjà connu plus de la moitié de son remboursement. Mais aussi parce qu'à moins de 60 %, la banque racheteuse peut imposer un taux équivalent à celui d'un rachat de crédit consommation, ce qui lui permet de se voir verser des intérêts plus importants.

Les locataires n'ont-ils donc pas accès au rachat de crédit sur 15 ans ?

Généralement, si aucun crédit immobilier n'est intégré au rachat, la banque aura tendance à accorder une durée maximale de 12 ans de remboursement. Pourquoi 12 ans ? Parce que la présence d'un crédit immobilier dans une procédure de rachat est "rassurant" pour la banque. Pas certains que le terme soit le plus adapté, mais disons que le crédit immobilier impose nécessairement des mensualités plus importantes. Généralement, le saut de charge engendré du loyer aux mensualités de crédit immobilier a été étudié par la banque initiale, qui se sera assuré qu'il puisse être absorbé sans difficulté, souvent par la capacité d'épargne du même montant. Si les mensualités sont aujourd'hui devenues trop difficiles à assumer, probablement qu'un changement professionnel ou personnel en est la cause. Ce n'est donc pas un signe de mauvaise gestion.

En revanche, si le taux d'endettement autorisé arrive à son maximum, que les mensualités de divers crédits sont difficiles à honorer, le tableau n'est pas le même. Si les crédits consommation se cumulent, la banque pourra estimer que la gestion financière de l'emprunteur n'est pas pleinement consciente, quelque peu utopiste ou opportuniste, et assurément trop gourmande. Aussi, limiter à 12 ans le rachat permet de s'assurer davantage de sécurité, notamment en termes de stabilité financière. Plus la durée est étalée, plus le risque de se trouver à nouveau confronté à une incapacité financière est prégnant.

Toutefois, le locataire, ou plutôt le "non-propriétaire", peut se voir accorder un rachat de crédit sur 15 ans s'il présente un apport de trésorerie justifiant d'une capacité d'épargne, ou encore si le taux d'endettement est bien trop élevé pour rendre le rachat intéressant sur 12 ans. La banque ne se risquera pas à faire une offre venant s'ajuster au taquet du taux maximal d'endettement, au risque de voir se reproduire une difficulté de remboursement, voire la non-honorabilité des échéances du rachat.

Rachat de crédit : la nécessité de comparer les offres

Comparer les offres de rachat de crédit n'est pas simplement conseillé, c'est absolument nécessaire, et ce pour plusieurs raisons. D'abord parce que l'intérêt du rachat n'est pas systématique. Il doit s'apprécie au cas par cas. En effet, il ne faut pas nier que le rachat présente un coût global plus important que l'ensemble des crédits initiaux cumulés. Pourquoi ? Parce que les intérêts du nouveau prêt seront bien plus élevés qu'auparavant. D'abord parce que le taux appliqué sera généralement plus important sur un rachat, mais aussi parce que les intérêts seront dus plus longtemps puisque le crédit est lissé sur une durée rallongée. La promesse du rachat n'est autre que celle de retrouver un budget mensuel acceptable, en-dessous de son taux maximal d'endettement autorisé. Il doit permettre de vivre décemment, sans entamer son découvert autorisé chaque mois. Comparer doit d'abord se faire entre les offres reçues et les conditions des différents prêts initiaux, pour jauger de l'intérêt d'opter pour le rachat.

Mais ce n'est pas tout. Comparer les offres entre elles est également indispensable. Le TAEG, le taux d'assurance, les frais annexes, les indemnités de remboursement anticipé, le report d'échéance, mais aussi l'éventuelle hypothèque du crédit, parfois associée à des frais de levée d'hypothèque de l'ancien crédit immobilier, sont des paramètres à prendre en compte et à analyser. La concurrence impacte évidemment les offres et les taux pratiqués. Pour la banque, c'est l'assurance d'un nouveau client conscient de ses capacités financières, de ses limites aussi, et désireux d'honorer ses dettes comme il se doit. Mais ce n'est pas le seul intérêt pour elle, ni le principal d'ailleurs. Le rachat de crédit est un montage financier dont le taux d'intérêt appliqué est bien plus élevé que celui d'un crédit classique. La banque racheteuse prête les mêmes montants que les précédents créanciers, en imposant un taux d'intérêt probablement plus élevé, et sur une durée allongée, donc des intérêts perçus plus longtemps. Soyons clairs, le rachat de crédit profite largement à la banque. C'est pourquoi l'emprunteur a la possibilité d'engager de vraies négociations, ou du moins de se voir proposer des offres variées, qu'il conviendra de sélectionner.

Comment comparer les offres pour faire le meilleur choix financier ?

Pour bien comparer, il sera judicieux de s'aider des services d'un comparateur en ligne. Il va comparer automatiquement les offres disponibles auprès de plusieurs organismes, et notamment celles des banques en ligne, qui proposent généralement des conditions plus clémentes. 100 % gratuit, accessible en continu, et sans obligation d'engagement, il permet de profiter d'offres actualisées pour mieux évaluer le rachat possible à mettre en place.

Egalement, le courtier peut être un bon allié. Il est expert dans son domaine. Il connaît parfaitement les taux pratiqués, les tendances du marché, les évolutions conjoncturelles et structurelles à venir. En présentant le dossier de demande de rachat aux banques, il verbalisera par le même jargon financier les atouts du dossier et la capacité de remboursement de l'emprunteur.

 
 

Simulation Rachat de Crédit
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers