Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Investissements Immobiliers > Rachat de Crédit > Rachat de crédit de 175 000 € : conseils et comparateur

Rachat de crédit de 175 000 € : conseils et comparateur

Rachat de crédit de 175 000 € : conseils et comparateur

La stabilité professionnelle, donc financière, est peut-être devenue utopique aujourd'hui. Face à une inflation sans précédent qui se poursuit sans fin, à des mensualités qui pèsent très lourd sur les budgets des Français, et aux mouvements connus au cours d'une vie, ne serait-ce que dans la sphère professionnelle, dans laquelle on compte la moitié des CDI rompus dans les deux années qui suivent la signature, les crédits souscrits deviennent parfois difficiles à rembourser. C'est alors que le rachat de crédit doit s'envisager. Qu'en est-il lorsqu'il représente un coût global de 175 000 € ? Voici nos conseils.

Rachat de crédit de 175 000 € : Pourquoi l'envisager ?

Le rachat de crédit peut consister en un regroupement de tout ou plusieurs crédits en cours, ou bien en une renégociation d'un seul crédit. Qu'il s'agisse de l'une ou l'autre des possibilités, les deux ont pour objectif de réduire le montant des mensualités. Dans le premier cas, elles seront allégées en étalant davantage la durée de remboursement. Dans le second cas, elles pourront être réduites par ce même étalement des mensualités, ou bien en appliquant un taux plus bas que celui fixé sur l'emprunt initial. Le rachat apporte ainsi à l'emprunteur :

  • Une gestion facilitée, par une seule mensualité prélevée par un organisme prêteur unique;
  • Un taux d'intérêt unique;
  • Une durée de remboursement réajustée;
  • Des mensualités révisées à la baisse;
  • Une seule assurance emprunteur, puisqu'un seul prêt;
  • La possibilité de financer un nouveau projet.

Un rachat peut s'opérer dans divers organismes financiers :

  • Une banque traditionnelle, dite de proximité, qui dispose d'agences physiques;
  • Une banque en ligne, qui ne dispose pas d’agence physique;
  • Un organisme de crédit spécialisé dans l’octroi de tous types de crédits;
  • Le courtier en rachat de crédit qui permettra au client de profiter de la meilleure offre correspondant à son besoin. Il se fera l'intermédiaire entre le client et la banque racheteuse.

175 000 €, soit fort probablement une échéance de crédit immobilier

A 175 000 € de rachat de crédit, il y a fort à parier qu'un crédit immobilier fasse partie des crédits à racheter, et soit même probablement à l'origine des difficultés rencontrées à assumer les diverses mensualités. Les mensualités d'un crédit immobilier sont généralement calculées pour arriver en limite du taux d'endettement autorisé. Elles ponctionnent donc environ 1/3 du budget global de l'emprunteur. Lorsque viennent s'y ajouter un ou deux crédits auto, voire un ou plusieurs autres crédits à la consommation, la somme globale impacte trop difficilement les finances.

Le crédit immobilier sera parfois soumis à une garantie d'hypothèque lors de sa contraction. Si la somme restant à rembourser du crédit immobilier initial est plutôt faible, la banque racheteuse peut ne pas exiger de garantie d'hypothèque pour son propre compte. La garantie pourra continuer de courir sans qu'une levée ne soit effectuée, mais elle n'aura plus aucune valeur puisque la banque initiale sera entièrement remboursée par la banque racheteuse. C'est alors la possibilité pour l'emprunteur de ne plus voir son bien mis en garantie dans le remboursement du crédit.

En revanche, si le crédit immobilier représente plus de 60 % du montant global du rachat, la banque exigera fort probablement une garantie d'hypothèque pour son compte. Aussi, elle clôturera par acte notarié l'hypothèque au profit de la banque initiale, pour l'imposer pour son propre compte, ce qui entraînera des frais supplémentaires pour l'emprunteur. Egalement, si le crédit immobilier représente moins de 60 % du montant global du rachat de crédit, il ne s'agira pas là d'un rachat de crédit immobilier, mais d'un rachat de crédit consommation, avec un taux appliqué plus élevé.

Aussi, il convient de s'interroger sur l'intérêt du rachat de prêt, sur l'intégration ou non de l'ensemble des crédits en cours, selon le montant de chacune des mensualités, les taux appliqués, les durées restant de remboursement.

Peser le "pour" et le "contre" avant de s'engager sur un rachat de 175 000 €

Compte tenu de la somme qu'il représente, l'intérêt du rachat est à étudier avec attention. On le sait, le rachat présente un coût global plus important que celui cumulé de chacun des prêts initiaux. On ré-étale les sommes à rembourser pour abaisser les mensualités, ce qui prolonge la durée de remboursement, généralement à un taux d'intérêt plus important, mais dus également plus longtemps. Donc le coût global plus important est lié aux intérêts du prêt unique qui sont largement augmentés, bien que mensuellement, l'emprunteur y retrouve de la sérénité financière.

Précisons bien la finalité du rachat. Elle est d'alléger les mensualités pour retrouver un meilleur reste à vivre. La promesse faite n'est donc aucunement de payer moins cher, mais bien d'étaler les paiements. Ceci étant dit, le "pour" et le "contre" doivent s'étudier pour une autre raison. Dans certains cas, le rachat de crédit lèse largement l'emprunteur. Ca sera le cas notamment dans les cas suivants :

  • Si le crédit immobilier initial représente moins de 60 % du montant global du rachat : Dans ce cas, le crédit immobilier se verra regroupé au sein d'un nouveau crédit global avec un taux d'intérêt correspondant à celui d'un crédit à la consommation. Compte tenu des montants, cela peut rapidement faire augmenter en flèche le coût global du crédit;
  • Si le crédit immobilier est associé à une hypothèque : Dans ce cas, la banque racheteuse devra lever l'hypothèque du crédit immobilier initial, qui protège l'ex banque prêteuse, puis éventuellement en souscrire une nouvelle à son compte. La conséquence pour l'emprunteur ? Des frais notariés importants qui seront dus à la souscription du rachat, ou étalés sur la durée du prêt;
  • Si les taux ont augmenté ou que la situation de l'emprunteur a évolué : En clair, les taux obtenus sur les prêts initiaux étaient peut-être négociés pour être extrêmement compétitifs, ce qui ne sera pas le cas du rachat.

Rachat de crédit de 175 000 € : Gare à l'endettement

Le rachat de crédit est une option fort recommandée dans le cas de mensualités de crédits trop importantes et devenues difficiles à assumer. Mais attention, le rachat de crédit doit s'opérer bienavant tout incident bancaire. En effet, dès lors que des retards de paiement ou des impayés se sont déjà fait connaître, aucune banque n'acceptera de racheter les crédits. En bref, le rachat est accordé aux emprunteurs réactifs, notant une difficulté à finir le mois décemment ou de la façon dont ils le souhaiteraient. Il est donc accordé dans une démarche de gestion budgétaire juste et transparente de la part de l'emprunteur, pour que la banque racheteuse se sente en confiance, vis-à-vis du remboursement des futures échéances.

Lorsque le rachat est accepté, les mensualités sont allégées, le reste à vivre augmente pour donner un peu de souffle à l'emprunteur. On dit qu'idéalement, un budget tenable est celui qui permet une épargne mensuelle, même faible. La capacité d'épargne démontre une bonne gestion financière. De fait, l'emprunteur peut souscrire un nouveau crédit, ou du moins, la banque peut l'y autoriser après avoir abaisser ses mensualités. Mais il ne faut pas se laisser prendre par l'illusion d'un budget soudainement devenu bien plus confortable et propice à de nouveaux engagements. Oui, un nouveau crédit est rendu possible, mais vigilance à ne pas reproduire les erreurs passées. Les difficultés liées aux aléas imprévisibles pèsent sur tout un chacun, d'où l'importance de conserver une marge de manœuvre au besoin.

Une "simple" perte d'emploi peut vite mener aux difficultés financières, et le fichage à la Banque de France intervient plutôt rapidement. Après 60 jours sans avoir régularisé une situation financière dénoncée par la mise en demeure de l'établissement bancaire, le fichage intervient. Ce sont ensuite 7 années d'inscription au FICP (Fichier des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers) qui pèsent sur la situation financière et les projets de vie.

Comparer pour faire le bon choix

Comparer est un mode de consommation désormais courant, même indispensable compte tenu de la concurrence grandissante dans tous les secteurs. La concurrence est telle que les offres peuvent potentiellement être toutes plus compétitives les unes que l'autres, mais aussi qu'il est plus difficile de voir venir une offre marketing mensongère. Avant toutes choses, comparer permettra à l'emprunteur d'évaluer la faisabilité du rachat. Il se peut que la situation de l'emprunteur ne permette pas un rachat, notamment si les finances se sont trop dégradées.

Une fois la faisabilité confirmée, il faut encore étudier l'intérêt du rachat, selon les situations précitées. Parfois, le taux d'intérêt appliqué et les intérêts dus sur le nombre de mensualités ajoutées sont bien trop élevés pour rendre le rachat intéressant. Enfin, il faudra comparer les offres de rachat, et en étudier bien en détails les conditions. Le taux appliqué, la durée du prêt, les mensualités calculées, et le montant que représentent les intérêts sur l'ensemble du rachat sont des éléments à analyser.

Pour ce faire, les comparateurs en ligne seront de parfaits alliés. Ils offrent un service 100 % gratuit, accessible de chez soi en continu, sans aucune obligation d'engagement ni financier ni contractuel. C'est une bonne entrée en matière pour les novices en finances, ou pour l'emprunteur qui souhaite se faire une première idée de ce à quoi il pourrait prétendre.

 
 

Simulation Rachat de Crédit
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers