Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Gestion de Patrimoine > 10 conseils pour épargner son argent et se constituer un pécule

10 conseils pour épargner son argent et se constituer un pécule

10 conseils pour épargner son argent et se constituer un pécule

Épargner pour se constituer un pécule est possible très tôt. Bonne nouvelle, plus vous commencerez jeune, plus vite vous ferez fructifier votre argent afin qu’il vous rapporte.

Alors, comment fait-on pour épargner ? Avant toute chose, il est nécessaire de connaître son horizon de placement, son profil d’investisseur et sa capacité d’épargne avant de se lance.

1 - Définir ses objectifs d’épargne dans le temps

Selon notre âge, la constitution de notre foyer et notre vision de l’épargne, nous n’irons naturellement pas vers les mêmes placements. Pour changer de point de vue et élargir sa connaissance financière, il est possible de se documenter constamment pour se tenir informé de tous les placements disponibles et choisir ceux qui nous correspondent le plus.

Pour débuter, il est bon de connaître ses objectifs, c’est-à-dire définir le but pour lequel on épargne. Il est même possible de poursuivre plusieurs intentions simultanément. Le plus fréquemment, on va épargner de la façon suivante :

  • À court terme pour financer un projet : acquisition d’un véhicule, aménagement électroménager, budget mariage, vacances, etc.
  • À moyen terme pour les besoins plus importants : préparer un achat immobilier, lancer une entreprise, etc.
  • À long terme dans une logique de diversification : préparer les études des enfants, anticiper la retraite, transmettre son patrimoine, valoriser son épargne, etc.

Vos objectifs d’investissement doivent guider le choix des supports sur lesquels vous épargnez pour limiter la prise de risque et ne pas perdre votre capital.

2 - Calculer sa capacité d’épargne

Il est important de connaître sa capacité d’épargne pour déterminer le budget mensuel qu’il est possible de mettre de côté pour se constituer un pécule. Dans une logique d’épargne, il ne faut pas hésiter à faire quelques concessions pour augmenter son budget. Il est donc bienvenu :

  • D’éviter les achats inutiles liés à la surconsommation et satisfaites-vous du nécessaire
  • De faire la chasse aux frais pour les réduire (frais bancaires, frais téléphone / internet, frais d’assurance)
  • De créer ses menus à l’avance afin de n’acheter que le nécessaire et de ne pas gaspiller

Quels que soient les revenus du travail dont vous disposez, être plus économe devrait vous permettre de bénéficier a minima d’une trentaine d’euros par mois pour épargner. Bien entendu, certains pourront mettre plusieurs centaines d’euros de côté.

3 - Connaître son profil d’investisseur

Votre profil d’investisseur est défini en fonction de votre connaissance des marchés financiers, mais pas seulement. Votre capacité d’épargne, votre aversion ou au contraire votre appétence au risque détermineront le type de supports sur lesquels vous êtes prêts à investir.

Voici les trois grands profils investisseurs existants :

  • Profil prudent, défensif ou conservateur : l’aversion au risque est marquée, vous privilégiez les supports sans aucun risque de perte en capital
  • Profil équilibré ou neutre : l’aversion au risque est modérée, vous acceptez de perdre un peu (10 % tout au plus) pour gagner plus
  • Profil dynamique, attaquant ou spéculatif : l’appétence au risque est présente, vous acceptez les risques de perte réelle pour obtenir des rendements importants

Quel que soit votre profil, il est envisageable de choisir tous les placements que nous allons vous proposez ci-dessous. En revanche, les choix que vous ferez au sein du placement vont différer.

4 - Le placement sur les livrets d’épargne

Aujourd’hui, les livrets d’épargne procurent des rendements très bas. La plupart d’entre eux peinent même à suivre l’inflation. Ils ne sont donc utiles que pour constituer une épargne de précaution ou financer un objectif à court terme (moins d’un an).

Privilégiez les livrets réglementés comme le livret A, le LEP ou le LDD. Pensez également aux livrets boostés avec des taux plus attractifs sur une période de 1 à 6 mois. Enfin, ne mettez pas l’équivalent de plus de 2 à 3 mois de salaire sur ce type de livrets, car ce serait du gaspillage.

5 - Épargner sur l’assurance-vie

L’assurance-vie est adaptée à tous les profils d’épargnant. Vous pouvez l’envisager dès que votre épargne de précaution est constituée, car elle est idéale pour les projets à moyen et long terme.

Les épargnants prudents miseront sur les fonds euros garantis, les épargnants équilibrés diversifieront avec quelques valeurs immobilières et des obligations, les épargnants dynamiques privilégierons des supports en actions ou autres produits plus spéculatifs encore.

6 - Investir sur votre PEE ou ouvrir un PER

Les PEE (Plan Épargne Entreprise) et PER (Plan Épargne Retraite) constituent, de la même façon que l’assurance-vie, des placements très intéressants. Le premier vous permet de bénéficier d’un abondement de l’employeur et le second d’une réduction d’impôt.

Cependant, mieux vaut les privilégier à long terme car l’épargne n’y est pas disponible. En effet, seuls quelques cas de déblocage anticipé, permis par la loi, vous permettront de récupérer capital et intérêts avant votre départ à la retraite.

7 - Investir en bourse

Outre l’assurance-vie, la bourse est de plus en plus facilement accessible et à portée de clic. Contrairement à une idée reçue, elle ne constitue qu’un risque de perte très modéré si la diversification est bien faite et s’envisage comme une épargne à long terme.

Bien entendu, certains investisseurs plus agressifs pourront se diriger vers des produits risqués à effet levier important et risque de perte élevé. Il est recommandé d’ouvrir un PEA pour un horizon de placement à moyen et long terme, ou un CTO pour les besoins à court terme ou encore l’accès à certains produits spécifiques.

Avant de choisir l’établissement dans lequel vous ouvrez votre compte bourse, soyez attentif aux tarifs proposés. D’une banque ou d’un broker à l’autre, les frais peuvent varier du simple au décuple.

8 - Investir dans la pierre

Il existe de nombreuses façons d’investir dans la pierre. Ce peut être l’acquisition de votre résidence principale, l’acquisition de logements locatifs ou encore la détention de parts de sociétés immobilières.

La pierre reste un placement apprécié des français car il a une image intemporelle. Pour autant, les pertes sont possibles en immobilier comme en bourse, les risques d’impayés de loyers sont réels, les malfaçons hélas courantes.

9 - Le maître-mot : diversification

Bien épargner, c’est faire fructifier son argent, pour qu’il ne dorme pas. Vous l’aurez sans doute compris, tout investisseur commence par les placements les plus simples et les plus sécurisés comme les livrets d’épargne à taux garanti.

Progressivement, il se dirige vers des produits plus adapté au long cours selon son profil d’investisseur. Qu’il s’agisse d’assurance-vie, de PER, de bourse ou d’immobilier, chaque placement doit reposer sur la diversification.

Par exemple, on ne met pas toutes ses actions chez EuroTunnel, mais on varie les supports ou l’on choisit des trackers constitués de plusieurs valeurs. La règle est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

10 - Se faire accompagner

Beaucoup de Français veulent se constituer en pécule, surtout dans les temps de crise que l’on connaît actuellement. Pour bien investir, il est judicieux de solliciter une aide extérieure en demandant un bilan patrimonial par exemple.

Un conseiller financier sait vous orienter en fonction de votre profil et de votre compréhension des marchés financiers et vous évite de nombreuses déconvenues. Un premier bilan est le plus souvent proposé gratuitement, un second pourra être envisagé pour aller plus loin.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers