Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Gestion de Patrimoine > Quelle stratégie de défiscalisation pour 10 000 euros de revenus ?

Quelle stratégie de défiscalisation pour 10 000 euros de revenus ?

Quelle stratégie de défiscalisation pour 10 000 euros de revenus ?

Avec 10 000 euros de revenus mensuels, vous faites partie des 1 % de Français les plus riches. Le plus souvent senior avec des revenus issus de votre travail mais également des revenus patrimoniaux (dividendes, investissement locatif), vous faites également parties des personnes qui paient le plus d’impôt.

Alors, comment payer moins d’impôt quand on bénéficie de 10 000 euros de revenus ? Il n’existe pas qu’une seule stratégie, mais plusieurs, pour la plupart cumulables entre elles. Vous pouvez piocher dans ce dossier les solutions de défiscalisation qui correspondent le plus à votre profil.

Défiscaliser par l’épargne

Certains dispositifs d’épargne vous permettent de réduire vos impôts tout en préparant un projet. N’hésitez pas à effectuer à un bilan patrimonial et à vous faire accompagner par un conseiller financier avant de choisir votre placement.

Ayez le réflexe assurance-vie pour préparer l’avenir

En tête des placements préférés des Français, l’assurance-vie vous permet d’épargner tout en obtenant des revenus du patrimoine exonérés d’impôts. En plus, elle est utile pour préparer votre succession, vous offrir un complément de revenus à la retraite ou encore garder votre argent disponible en cas de besoin.

Placement incontournable, l’assurance-vie ne permet pas de défiscaliser à proprement parler dans un premier temps, mais vous aide à préparer l’avenir. Si vous avez une appétence aux risques, le PEA (Plan d’Épargne Action) constitue une alternative de choix pour investir sur les marchés boursiers.

Le PER pour diminuer ses revenus imposables

Le PER (Plan Épargne Retraite) est un excellent produit d’épargne qui vous permet de défiscaliser tout en préparant votre retraite. En effet, les sommes versées sur votre PER sont purement et simplement déductibles de vos revenus imposables, dans la limite d’un certain plafond dépendant notamment de vos revenus.

Ainsi, 3 000 euros versés sur un PER, c’est 3 000 euros en moins imposés, soit 1 230 euros d’économie d’impôt si vous êtes dans la tranche marginale d’imposition à 41 %, courante pour les hauts revenus de 10 000 euros et plus.

L’épargne ainsi constituée pourra être débloquée lors de votre départ en retraite, sous forme de rente ou de capital. Cependant, des cas de déblocage anticipé existent en cas de coup dur (décès du conjoint, fin de droit aux allocations chômage, liquidation judiciaire, etc.).

Le contrat Madelin pour les TNS

Si vous êtes indépendant, TNS (Travailleur Non Salarié), artisan, commerçant ou profession libérale, le contrat Madelin vous offre des avantages fiscaux intéressants. Vous pourrez notamment déduire les cotisations versées de votre revenu imposable dans la limite de certains plafonds, et sortir votre épargne en rente.

Nous ne nous attardons pas sur le dispositif Madelin, celui-ci ayant pris fin le 1er octobre 2020, tout comme le PERP et le PERCO, au profit du PER cité plus haut et accessible à tous les épargnant, par le biais d’un contrat individuel ou collectif. À noter que le PER offre plus de souplesse, y compris aux travailleurs non salariés.

Si les produits d’épargne spécialisés offrent un système de défiscalisation quasiment incontournable, d’autres investissements sont possibles pour compléter votre réduction d’impôt.

Défiscaliser par l’immobilier

Afin d’allier l’investissement dans la pierre à la réduction d’impôt, le simple investissement locatif ne suffit plus, puisqu’il ajoute des revenus fonciers à vos revenus du travail. Pour pallier cet inconvénient, la défiscalisation immobilière est idéale.

Le LMNP pour éviter l’impôt sur les revenus locatifs

À l’instar de l’assurance-vie pour l’épargne, le statut de LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel), ne vous permet pas de réduire directement le montant de votre impôt sur le revenu, mais vous évite d’en payer tout en investissant dans l’immobilier.

Le LMNP consiste en l’achat d’un bien immobilier de votre choix en vue de sa location meublée. Le logement doit donc être « prêt à l’emploi » afin que votre locataire n’ait plus qu’à y poser ses valises.

Le régime réel vous permet de déduire toutes les charges et amortissements de vos revenus fonciers, alors que le régime forfaitaire vous permet de déduire la moitié des loyers perçus de vos revenus fonciers. L’un comme l’autre constituent une économie appréciable tout en diversifiant votre patrimoine.

La loi Pinel et la loi Denormandie pour diminuer ses revenus imposables

Dispositif fiscal le plus connu, la loi Pinel vous permet d’investir dans un programme immobilier neuf dans un secteur convoité. Le but est ici d’alléger les tensions dans les zones où la demande en logement est forte. Pour le contribuable, c’est une économie d’impôt à la clé pour un engagement de location.

La loi Denormandie, quant à elle, est un dispositif moins connu mais tout aussi intéressant, prolongement direct de la loi Pinel. Ici, il s’agit d’investir dans l’immobilier ancien pour repeupler certaines zones délaissées en raison, notamment, de la vétusté du bâti. Vous bénéficiez d’une économie d’impôt équivalente à la loi Pinel pour un investissement financier généralement moins onéreux.

Les lois Pinel et Denormandie sont un dispositif de défiscalisation puissant et attractif. Mais il convient de bien choisir son investissement, pour éviter les programmes immobiliers surévalués ou encore les logements anciens dans une zone géographique en déclin.

Aux systèmes de défiscalisation immobiliers les plus connus, peuvent s’ajouter un investissement dans les entreprises pour réduire considérablement le montant de votre impôt.

Défiscaliser par l’investissement dans les entreprises

Levier de défiscalisation puissant, l’investissement dans les entreprises a pour objectif de relancer ou favoriser l’économie dans certains territoires. Il offre une réduction d’impôt rapide, mais le risque de perte est réel et doit être bien mesuré.

La loi Girardin industriel

Elle vise à encourager le développement industriel en Outre-mer en investissant dans des SNC (Société en Nom Collectif) constituées pour aider les entreprises ultramarines à acquérir du matériel neuf pour se développer.

Elle promet une réduction d’impôt attractive et « one shot ». Vous investissez 10 000 euros et percevez l’année suivante une réduction d’impôts s’élevant en moyenne à 15 % de votre investissement, soit 1 500 euros dans notre exemple.

Cependant, l’opération doit être montée avec soin afin d’éviter le risque de redressement fiscal par l’administration. La SNC n’est dissoute qu’après 5 années et l’exploitant des DROM-COM doit toujours être en activité.

Ce type de montage requiert de passer par un intermédiaire de confiance. Celui-ci doit offrir un véritable accompagnement pour le montage fiscal du dossier, mutualiser les risques en les répartissant sur plusieurs entreprises jugées solides, et avoir une présence effective sur le terrain.

L’investissement dans les PME et PMI

Globalement, l’investissement dans les PME et PMI vise à aider le développement d’une entreprise de moins de 250 salariés, jeune et prometteuse. L’investissement peut être direct (apport en capital) ou indirect (par le biais des FIP et FCPI).

En contrepartie, le contribuable bénéficie d’une réduction d’impôts de 18 % sur son investissement. Mais, encore plus qu’avec la loi Girardin, le risque de perte est élevé et les frais d’entrée sont à étudier de près. En effet, en cas de faillite de la société, vous aurez obtenu une réduction d’impôt mais aurez perdu votre capital.

Dans un contexte économique marqué par la crise sanitaire et économique, il est plus que jamais judicieux de se faite accompagner par un expert patrimonial. Une étude approfondie de vos besoins et de votre situation vous permettra de défiscaliser tout en limitant les risques au maximum.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers