Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Gestion de Patrimoine > Investir dans des bouteilles de vin, est-ce un bon placement ?

Investir dans des bouteilles de vin, est-ce un bon placement ?

Investir dans des bouteilles de vin, est-ce un bon placement ?

Investir dans des bouteilles de vin, voici un investissement plaisir qui tente plus d’un amateur de bonnes choses, qui plus est épicurien. Ce placement est certes un marché de niche, mais il a l’avantage d’être 100 % français, les crus les plus chers étant produits sur notre territoire.

Alors, comment investir dans le vin ? Quelle rentabilité en attendre ? Astuces et conseils pour se constituer une cave à vin pas comme les autres…

Deux manières différentes d’investir dans les bouteilles de vin

Acheter soi-même ses bouteilles de vin

C’est la solution qui vient immédiatement à l’esprit. Dénicher de bonnes affaires dans votre supermarché, chez votre caviste, lors d’une dégustation dans un château, au détour de vacances dans le bordelais ou dans le Jura…

De quoi faire rêver sur le papier et s’offrir un peu d’évasion, en mêlant l’utile à l’agréable. Néanmoins, une connaissance approfondie du marché vinicole est nécessaire pour dénicher les meilleures bouteilles, celles qui se revendent à prix d’or.

À cet effet, vous pourrez prendre des cours d’œnologie, suivre l’actualité du vin sur Internet, vous procurer des guides de référence (La revue du vin de France, Le guide Hachette des vins et champagnes, le guide Parker des vins de France, Le guide wine spectator), etc.

Adhérer à un groupement foncier viticole

Investir dans un groupement foncier viticole, c’est acheter des parts d’une société civile ayant la propriété d’un ou plusieurs terroirs destinés à la viticulture et à la viniculture. L’exploitation est alors confiée à des professionnels de la vigne par un bail spécifique à long terme.

En contrepartie de votre investissement, vous êtes, en qualité d’associé, rémunéré chaque année, si les résultats sont positifs, soit en numéraire, soit en bouteille de vin. C’est bien entendu la deuxième option que nous retiendrons ici.

Sachez que ce type de placement est recommandé à long terme, sur 7 années au minimum. Par ailleurs, il ouvre le droit à une réduction d’impôts sur le revenu équivalant à 18 % de votre investissement. Cette réduction est accordée dans la limite de 9 000 euros pour un célibataire et 18 000 euros pour un couple, ce qui équivaut à la détention de parts à hauteur respective de 50 000 euros et 100 000 euros.

N’oubliez pas l’essentiel

Outre le choix des cépages, des appellations, des millésimes et de la nature du vin (blanc, rouge, champagne), il vous faudra être attentif à votre placement et veiller à ce qu’il prenne de la valeur dans le temps.

Pour cela, tenez compte d’un élément essentiel pour un vin idéal : le vieillissement. Et pour le faire vieillir comme il se doit, il est nécessaire de respecter un taux d’humidité élevé (de l’ordre de 60 % environ) et une température constante fraîche (aux alentours de 12 degrés environ). Une cave à vin bien aménagée, de manière naturelle ou artificielle, est donc indispensable pour maximiser votre placement.

Quel que soit votre choix, que vous privilégiez l’achat en direct ou via un groupement foncier viticole, pensez également à assurer vos bouteilles de vin en cas de dommages. Une extension ou une option bien utile, qui vous est proposée par la plupart des contrats assurance habitation.

Quelle rentabilité attendre d’une cave d’investissement ?

Si investir dans des bouteilles de vin est bien un plaisir pour les amateurs de bonne chère, il ne faut pas perdre de vue le but d’un investissement, à savoir s’enrichir. Le vin, comme d’autres actifs peu courants, est une façon intelligente de diversifier son patrimoine, à condition de ne pas excéder 10 % du portefeuille.

Si le bourgogne rouge Romanée-Conti grand cru, millésimé en 1945, s’est vendu à 482 000 euros la bouteille en 2018, lors d’une vente aux enchères organisée à New York par la maison Sotheby, cela demeure exceptionnel.

Néanmoins, cet exemple parmi d’autres permet d’établir quelques critères essentiels pour que vos bouteilles de vin prennent de la valeur :

  • La rareté des bouteilles,
  • Le prix initiale des bouteilles,
  • La qualité de la conversation,
  • La diminution des stocks,
  • Le prestige de l’appellation,
  • L’année d’embouteillage…

Ajoutez à cela un peu de chance, un événement historique autour de l’histoire de votre bouteille, et vous pourrez espérer une plus-value importante.

Cependant, le marché du vin est soumis à une forte volatilité, on peut raisonnablement espérer raisonnablement une rentabilité de l’ordre de 4 % par année, avec une bonne diversification de sa cave. Les frais de stockage et de conservation doivent impérativement être pris en compte également.

Et si votre nectar n’atteint pas le prix attendu ?

Vous l’aurez compris, investir dans des bouteilles de vin est avant tout un marché réservé aux passionnés, comme peut l’être l’horlogerie suisse, les œuvres d’art ou les voitures de collection.

Il requiert de la rigueur, de l’amour et une bonne dose de connaissances. On ne spécule pas sur une seule bouteille, on se constitue une cave à faire pâlir nos invités et à transmettre de génération en génération.

Puis, lorsque les bouteilles dans votre cave sont prêtes à boire, mais ne performent pas suffisamment pour une revente gagnante, on oublie vite cette déception. Comment ? En buvant la bouteille de vin bien sûr, avec délectation, et modération !

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers