Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Gestion de Patrimoine > Comment défiscaliser sans risques ? Nos conseils

Comment défiscaliser sans risques ? Nos conseils

Comment défiscaliser sans risques ? Nos conseils

Défiscaliser, par définition, c’est payer moins d’impôts. Pour cela, la législation offre plein de techniques différentes, des plus ou moins risquées, pour obtenir des abattements, des réductions, des exonérations ou encore des crédits d’impôts.

Les investisseurs au profil prudent, ceux qui ont des charges de famille, ou ceux qui refusent le risque de pertes financières doivent donc trouver des solutions de défiscalisation sans risque pour faire baisser leur impôt. Quelles sont-elles ?

Pourquoi défiscaliser sans prendre de risque ?

Bien que la réponse à cette question soit évidente, elle mérite qu’on s’y attarde car elle est trop peu souvent posée. Qui dit défiscalisation risquée, sous-entend investissement risqué.

Ainsi, il est tout à fait possible avec certains dispositifs fiscaux d’investir dans l’immobilier ou dans l’entreprenariat pour bénéficier d’une défiscalisation attractive. Par exemple, en contrepartie d’un investissement de 10 000 euros, le contribuable réalise une économie d’impôt de 1 000 euros.

C’est une offre alléchante, vous aurez effectivement réduit votre impôt de 1 000 euros très facilement. Mais qu’en est-il de vos 10 000 euros ? Si vous les perdez, votre opération de défiscalisation vous aura rendu… Moins riche…

Dans ce dossier, nous vous donnons donc tous nos conseils « zéro risque » pour diminuer le montant de votre impôt sans diminuer le montant de votre patrimoine. Suivez le guide…

Conseil numéro 1 : remplissez les livrets d’épargne exonérés d’impôts

Les livrets ont plus que jamais la cote dans le cœur des français en cette fin d’année 2020 en raison de la crise sanitaire et économique. Le montant des collectes sur livret ont littéralement explosé en raison de la sécurité qu’ils offrent.

En effet, l’épargne y est disponible, le placement est sans risque, les taux sont réglementés, les intérêts sont totalement exonérés d’impôts, le capital et les intérêts sont récupérables à tout moment sans frais, etc.

Ce sont autant d’avantages qui font des livrets d’épargne défiscalisés un succès qui ne se dément pas au fil du temps, malgré des taux d’intérêt historiquement bas et peinant à suivre les taux d’inflation. Trois livrets entièrement défiscalisés et facile d’accès sont disponibles en France :

  • Le livret A, dans la limite d’un livret par personne physique, offre un plafond de 22 950 euros hors intérêts et des intérêts à hauteur de 0,5 % depuis le 1er février 2020
  • Le LDDS (Livret de Développement Durable et Solidaire), réservé aux personnes physiques dans la limite de deux livrets maximum par foyer fiscal, offre un plafond de 12 000 euros et des taux identiques au livret A
  • Le LEP (Livret d’Épargne Populaire), réservé aux personnes physiques majeures non rattachées au foyer fiscal de leurs parents, sous conditions de revenus, offre un plafond de 7 700 euros et des intérêts à hauteur de 1 %

Ces trois placements dits d’épargne de précaution sont sans risques. Ils ne vous feront pas payer moins d’impôts, mais vous éviteront d’en payer sur les intérêts qu’ils génèrent.

Conseil numéro 2 : ouvrez un PER en fonds euros

Pour défiscaliser sans prendre de risque, le PER (Plan d’Épargne Retraite) est le produit idéal. Comparable à une assurance-vie dans son fonctionnement, il a définitivement remplacé les PERP, le PERCO et le contrat Madelin.

Le PER offre un avantage majeur à tous les contribuables soumis à l’impôt sur le revenu : une partie des versements effectués est déduite de vos revenus imposables, dans la limite d’un plafond qui dépend de votre situation professionnelle (salarié ou TNS Travailleur Non Salarié).

Ainsi, 1 000 euros versés sur un PER vous offrent une réduction d’impôt de 110 à 450 euros en fonction de votre TMI (tranche marginale d’imposition). L’effort d’épargne réel est donc diminué par cette déduction fiscale avantageuse.

Vous pouvez choisir d’ouvrir un PER en fonds euros uniquement, avec un taux de rendement connu à l’avance (environ 2 ,5 % actuellement). Ainsi, vous ne prenez aucun risque de perte concernant les supports en unités de compte.

Conseil numéro 3 : faites garder vos enfants

C’est un conseil qui peut paraître surprenant, et pourtant faire garder vos enfants peut vous faire bénéficier d’un crédit d’impôt. Cela signifie que vous pourrez déduire les frais de garde de votre impôt sur le revenu, et même percevoir une somme d’argent si vous n’êtes pas imposable.

Le crédit d’impôt pour frais de garde des jeunes enfants est réservé aux parents d’enfants de moins de 6 ans et donne lieu à crédit de 50 % des frais réellement engagés dans la limite de 2 300 euros par année et par enfant à charge.

Conseil numéro 4 : envoyez vos enfants à l’école

Lorsque vous faites votre déclaration d’impôt, n’oubliez pas la réduction d’impôt accordée pour les enfants scolarisés dans le cadre de leurs études secondaires ou supérieures.

Le montant de la réduction d’impôt s’entend par enfant et par année d’imposition :

  • Il est de 61 euros pour un enfant au collège
  • 153 euros pour un enfant au lycée
  • 183 euros pour un enfant dans l’enseignement supérieur

Conseil numéro 4 : offrez-vous des services à domicile

Payer moins d’impôts tout en profitant d’une meilleure qualité de vie et en créant de l’emploi, c’est un luxe à la portée de nombreux contribuables. Sachez que de nombreux services à domicile peuvent donner lieu à un crédit d’impôt.

Les activités entrant dans ce cadre sont nombreuses : garde d’enfant, soutien scolaire, assistance aux personnes âgées ou handicapées, entretien de la maison, travaux ménagers et de jardinage, petits bricolages, assistance informatique et administrative, etc.

Les dépenses réalisées dans le secteur des services à la personne sont retenue dans la limite d’un plafond établi à 12 000 euros par an. Ce dernier peut être majoré de 1 500 euros par personne à charge sans toutefois excéder 15 000 euros.

Le crédit d’impôt ainsi accordé est de 50 % des sommes dépensées et déclarée. Ainsi, un contribuable payant 2 000 euros d’impôts sur le revenu et employant une aide ménagère pour 2 000 euros par an et un jardinier pour 3 000 euros par an bénéficie d’un crédit d’impôt de 2 500 euros. Il ne paiera donc d’impôts sur le revenu et l’administration fiscale lui reversera 500 euros.

Conseil numéro 5 : faites des dons

Que vous souhaitiez aider une association humanitaire, verser de l’argent pour la recherche au profit du Téléthon, soutenir une organisation politique ou encore participer à la restauration de Notre Dame de Paris, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 75 % de votre don.

Les incitations fiscales sont nombreuses pour vous encourager à faire ce qui vous tient à cœur et à promouvoir des projets soutenus par des associations ou organismes d’intérêts généraux. N’hésitez pas à vous renseigner pour connaître le pourcentage et les plafonds de la réduction d’impôts à laquelle vous pourrez prétendre avant d’effectuer un don.

Conseil numéro 6 : si vous avez encore des impôts à payer, faites-vous accompagner

Si vous avez fait le tour des placements les plus sûrs, bénéficié des réductions et crédits d’impôts et souhaitez continuer à défiscaliser, nous vous conseillons de réaliser un bilan patrimonial.

Celui-ci permettra de dégager de faire le point sur votre patrimoine et sur vos objectifs à court, moyen et long terme afin de défiscaliser via les placements les moins risqués et adaptés à votre profil d’investisseur.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers