Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Placements Financiers > Assurance Vie > Assurance vie sans frais de gestion : est-ce possible ?

Assurance vie sans frais de gestion : est-ce possible ?

Assurance vie sans frais de gestion : est-ce possible ?

L’assurance vie est un formidable produit d’épargne, qui séduit entre autres par ses possibilités de fructification importante du capital investi. Si l’assuré peut être maître de son capital, demeuré accessible selon son bon vouloir, il devra opter pour un mode de gestion qui donnera plus ou moins la main à l’assureur ou à un gestionnaire pour la gestion du contrat et des placements. Aussi, des frais de gestion seront appliqués par l’assureur. Est-il possible de s’en affranchir ? Des contrats sans frais de gestion existent-ils ? Réponses.

Présentation des frais de l’assurance vie

La totalité des frais applicables à un contrat d’assurance vie peut avoisiner les 2 à 4 % de l’épargne. Parmi ces frais, on citera ceux appliqués durant la durée de vie du contrat, auxquels viendront s’ajouter ceux appliqués en sortie d’épargne, afférents à la fiscalité.

  • Les frais de souscription : D’environ 30 à 50 €, ils sont appliqués une seule fois lors de la souscription du contrat. Ils ne sont pas appliqués systématiquement sur tous les contrats ;
  • Les frais de versement : Il s’agit d’une commission prise par l’assureur à chaque versement d’épargne. Ils avoisinent généralement les 3 %, directement prélevés sur le versement effectué.
  • Les frais d’arbitrage : Ils sont dus sur les contrats multisupports, dans le cas d’un changement de support d’investissement qui ne satisferait pas l’ambition de rentabilité espérée. Certains contrats permettent quelques arbitrages gratuits par an, et facturent les suivants. Ils sont d’environ 0.50 % du montant arbitré ;
  • Les frais de rente : Ils s’appliquent en sortie d’épargne par rente viagère. Ils comprendront les frais de conversion, les frais d’arrérage, et les frais de gestion de la rente ;
  • Les pénalités pour sortie anticipée : Certains supports imposent un nombre d’années de placement. Lorsqu’un retrait ou un arbitrage est effectué avant cette échéance, des pénalités s’appliquent ;
  • Les options : Certains assureurs proposent la garantie plancher, qui garantit la totalité du capital investi aux bénéficiaires du contrat, moyennant cotisation annuelle.

Les frais de gestion

En complément de tous les frais précités, des frais de gestion viendront s’appliquer de manière variable. Sur un contrat monosupport, ne proposant que des placements sur des fonds euros non volatiles, sans risque de perte en capital, l’assureur se réservera des frais pour la gestion des produits financiers. Ils seront alors plutôt faibles. En revanche, sur des contrats multisupports ou des placements sont réalisés sur fonds euros et sur unités de compte, les frais seront supérieurs puisque le risque pris sera bien plus important pour l’assureur, sur des marchés plus incertains, et qu’ils seront appliqués sur chacun des deux types de supports.

Ajoutons à cela la possibilité d’opter pour un mode de gestion mandaté où une société experte gèrera en totale liberté le capital épargné. Dans ce cas, l’assureur et la société gestionnaire de portefeuille appliqueront des frais de gestion.

De manière générale, les frais de gestion ne dépassent pas 1 % de l’épargne. Sur les offres desassureurs présentant le taux de rendement espéré, ils sont déjà déduits donc semblent inexistants mais pourtant, ils sont bien ponctionnés.

Peut-on être dispensé de frais de gestion ?

Mettons un terme au suspense : Malheureusement non, une assurance vie sans frais de gestion, c’est impossible ! Pourquoi ? Parce que ce sont bien les seuls frais que l’assureur peut aisément justifier par la nécessité de gérer le contrat d’assurance. Qu’il s’agisse d’un contrat monosupport ou multisupport, sa gestion sera obligatoire.

En revanche, tous les autres frais précités peuvent être dispensés. Il n’est pas rare que les frais d’entrée soient offerts, c’est d’ailleurs l’un des gestes commerciaux les plus classiques. Les frais de versement seront parfois inexistants, notamment chez les assureurs 100 % en ligne, ou à un taux réduit. Si les frais d’arbitrage ne seront que rarement totalement gratuits, nombreux contrats font gré de quelques arbitrages par an.

Si les frais de gestion seront systématiquement intégrés aux contrats d’assurance vie, ils seront toutefois variables d’un assureur à l’autre, mais aussi selon le mode de gestion choisi. En gestion libre, où l’assuré gère seul et en autonomie ses placements, il peut espérer des frais de gestion minimes. A l’inverse, un contrat d’assurance vie en gestion pilotée, où une société gestionnaire est mandatée pour opérer la gestion des placements à sa convenance, les frais de gestion seront doublés, revenant pour moitié à l’assureur, et pour moitié au gestionnaire.

Gare à l’attrape-client !

Les frais de gestion sont les seuls frais impératifs. Les autres précités peuvent tous, selon les contrats, être appliqués ou non. Mais attention à bien nuancer les frais appliqués et les frais dont l’assureur fait soi-disant grâce à l’assuré. En d’autres termes, attention à ne pas tomber dans l’offre « attrape-client » qui afficherait par exemple l’absence totale de frais hormis les frais de gestion, qui se retrouveraient alors exorbitants. A l’inverse, certains contrats commercialisés affichent un très faible pourcentage de frais de gestion, mais des frais importants à chaque versement effectué. En bref, la présence ou l’absence de frais ne représentent pas, à elles seules, un argument suffisant pour préjuger de l’attractivité et de l’intérêt d’un contrat. Il s’étudie dans son ensemble, en décryptant et en analysant chaque frais appliqué et son pourcentage.

Le coup de main d’un simulateur d’assurance vie

Choisir un contrat d’assurance vie nécessite donc de bien avoir étudier les formules de plusieurs assureurs en amont de la souscription. Pour ce faire, le simulateur d’assurance vie sera votre meilleur allié. Son principe est simple. Il suffit de renseigner quelques éléments, comme la récurrence et la mensualité des versements, l’épargne déjà acquise dont dispose le souscripteur, le rendement espéré, le profil d’investisseur de l’assuré, la durée d’épargne envisagée, etc. Après cela, il sera en mesure de proposer des offres répondant à ces critères, en marquant certains éléments saillants qui orienteront alors le choix de l’offre.

C’est là qu’il mettra en avant les frais appliqués, qu’il s’agisse des frais de gestion, mais aussi des frais de souscription, des frais de versements, des frais d’arbitrage, des frais d’arrérage, des frais de sortie de rente, etc. Le simulateur est un formidable outil financier, qui sera très apprécié des amateurs, pour qui l’investissement et la bourse sont des termes plutôt nouveaux et d’un autre monde.

S’il est plutôt fiable à l’instant T, il faudra tout de même mesurer sa recherche en intégrant l’extrême volatilité des marchés financiers, et par répercussion, celle des offres des assureurs. Les taux d’intérêts rémunérateurs, comme ceux appliqués sur les frais, évolueront évidemment avec l’inflation et les cours boursiers. C’est inévitable. Une offre à frais de gestion réduits ou quasi-nuls sera donc valable à l’instant T, mais peut-être dépassée le lendemain.

 
 

Comparateur Assurance Vie
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers