Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Placements Financiers > Assurance Vie > Courtier en Assurance Vie : avantages et comparateur !

Courtier en Assurance Vie : avantages et comparateur !

Courtier en Assurance Vie : avantages et comparateur !

Pour profiter d'une analyse précise et objective de ses besoins et attentes en matière d'assurance vie, il est alors judicieux de se tourner vers les services d'un courtier.

Quels avantages apporte-t-il à l'épargnant ? Comment lui faire appel ? Combien coûte sa prestation ? Explications.

Courtier en assurance vie : quelle est sa mission ?

Un courtier en assurance vie intervient en tant qu'intermédiaire entre le client épargnant, et l'assureur qui gèrera le compte. Il revêt une mission de conseil envers son client. Le courtier peut être une banque ou une société d'assurance, un agent rattaché à une unique société d'assurance, un conseiller en gestion de patrimoine, ou un courtier indépendant.

Les courtiers les plus sérieux, ayant démontré une totale transparence et leur totale impartialité dans le traitement des dossiers, est répertorié à l'ORIAS (Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finances). Les courtiers exerçant une activité indépendante ont généralement une double fonction, soit celle de courtier couplée à celle de conseiller en investissement financier. Si tel est le cas, le courtier devra obligatoirement faire partie d'une association professionnelle. Sa mission plus détaillée est donc la suivante :

  • Présenter le fonctionnement de l'assurance vie : Le courtier est sollicité par des épargnants désireux de contracter un contrat compétitif, a priori sans hautes connaissances en la matière. La mission première du courtier est donc de leur expliquer la démarche, l'engagement qu'elle représente, les possibilités ouvertes sur la durée de vie du contrat, et conseiller sur les choix à opérer;
  • Définir son profil d'investisseur : Le courtier collecte l'ensemble des informations nécessaires à l'établissement de son profil d'investisseur (âge, horizon de placement, revenus, etc.). Pour ce faire, il réalisera un bilan patrimonial pour connaître la capacité d'épargne du client et définir ses besoins. Le courtier oriente le choix de l'épargnant dans une démarche globale en intégrant notamment la défiscalisation, ou encore la probabilité de besoin de financement à court ou moyen terme;
  • Sélectionner les supports d'investissement du contrat d'assurance vie : Selon le profil d'investissement établi, le courtier orientera vers les supports les plus adaptés et prometteurs, pour répartir l'épargne entre les fonds en euros et les fonds en unités de compte;
  • Choisir le mode de gestion du PER : Le courtier conseille l'épargnant quant au mode de gestion le plus adéquat selon ses finances et son profil. Il pourra choisir la gestion totalement libre, la gestion profilée qui est automatisée selon le profil de l'épargnant, ou bien celle déléguée à son gestionnaire de contrat;
  • Analyser les frais du contrat d'assurance vie : Une assurance vie comporte toujours des frais de gestion, mais ceux-ci sont largement variables d'un contrat à l'autre. D'autres frais peuvent être intégrés également, comme les frais d'adhésion, les frais de versement, les frais d'arbitrage. Le courtier explicitera chacun des frais, et donnera une estimation des frais raisonnablement acceptables selon les capitaux investis et le profil d'investisseur de l'épargnant.

Pourquoi faire appel à un courtier en assurance vie est-il plus judicieux ?

Il est le professionnel par excellence dans le milieu des assurances et des placements financiers. Expert en assurance vie, le courtier agira dans l'intérêt de l'épargnant, pour lui faire profiter du contrat d'assurance vie le plus compétitif du marché. Les avantages à lui faire appel sont nombreux.

Gagner du temps précieux

En ayant recours aux services d'un courtier, l'épargnant peut lui déléguer l'entière gestion de la recherche d'un contrat d'assurance vie compétitif. L'épargnant devra évidemment prendre le temps de lui fournir les éléments nécessaires à la démarche, comme notamment ses attentes en termes de performance, ses projets pour son épargne à court, moyen et long terme, mais aussi des justificatifs de revenus et de charge pour étudier l'intérêt de la défiscalisation ou des placements dans une logique plus globale de gestion de patrimoine. Le courtier se chargera alors de l'ensemble de la procédure : étude des contrats, analyse des fonds, comparaison des performances passées en lien avec les éléments conjoncturels, contact avec les banques, phase de négociation des conditions du contrat et notamment des frais appliqués.

Profiter de son expertise

Souscrire à un contrat d'assurance vie n'est pas nécessairement une démarche complexe, mais elle peut rapidement devenir chronophage si l'épargnant se lance dans une analyse approfondie, comme il est plutôt conseillé de procéder d'ailleurs. Or, ne peut pas se lancer dans cette étude qui veut. Le jargon financier est complexe à décrypter. Le rendement passé d'un contrat ne peut réellement s'analyser qu'en étudier en corrélation les éléments conjoncturels et structurels, comme les tendances à venir. En clair, n'est pas expert financier qui veut. Le courtier profite d'une expertise de pointe et saura précisément où porter son attention et sa vigilance.

Profiter de son portefeuille d'organismes assureurs

Le courtier est un professionnel aguerri dans le domaine de l'épargne, et il aura su au fil du temps tisser son réseau de partenaires. Selon le profil d'investisseur de son client épargnant, il saura vers quels organismes s'orienter immédiatement, auprès desquels il pourra obtenir une offre de contrat plutôt satisfaisante. Les organismes assureurs préfèrent traiter avec des courtiers. C'est notamment l'assurance d'un échange constructif et efficace entre professionnels de la finance.

Profiter d'un contrat hautement compétitif

Il est du rôle du courtier de dénicher un contrat d'assurance vie aux meilleures conditions. Pourquoi ? Parce que le seul gain de temps ne suffirait pas à convaincre les emprunteurs de faire appel à un courtier. Il faut pouvoir y gagner, ne serait-ce que pour intégrer le coût de sa prestation dans le budget initial. Aussi, le courtier profite de son réseau auprès d'établissements financiers qu'il met en concurrence pour influencer les conditions et frais pratiqués. Chose que l'épargnant, seul face au banquier, aurait assurément quelques difficultés à assumer.

Assurance vie : quel est le coût d'un service de courtage ?

Le courtier en assurance vie peut être rémunéré de deux façons différentes :

  • Par le versement d'une commission : Ici, l'organisme hébergeur ou l'épargnant verse au courtier une commission pour chaque contrat d'assurance vie signé. La commission représente un pourcentage de la valeur de l'opération, selon le type de contrat souscrit, les versements engagés, etc.;
  • Et/ou par le versement d'honoraires : L'épargnant paye des honoraires au courtier pour ses services d'expertise et le temps passé à la recherche et à l'analyse. Ces frais sont systématiquement inférieurs aux économies réalisées grâce à son intervention.

Généralement, les deux s'opèrent conjointement. Sans que l'épargnant n'en ait réellement conscience, le courtier sera rémunéré par une part des frais appliqués par le gestionnaire d'assurance vie. Intéressons-nous à la typologie des frais qui peuvent venir s'appliquer au contrat d'assurance vie. Si chaque établissement peut plus ou moins librement appliquer sa propre grille tarifaire, tous présentent les mêmes types de frais :

  • Les frais de souscription : Ils sont généralement de l’ordre d’une trentaine d’euros, pouvant parfois monter toutefois jusqu’à 50 €. Ils sont une sorte de frais d’adhésion ou frais de dossier. Certains contrats n’en appliquent pas, mais il faudra toutefois être vigilant à l’application d’autres frais, et à en établir une proportion;
  • Les frais d'entrée ou de versement : Ils ne sont ni plus ni moins qu’une commission qui reviendra à l’intermédiaire d’assurance, qu’il s’agisse du courtier, du conseiller bancaire ou autre. A chaque versement effectué, des frais seront possiblement prélevés à hauteur d’un pourcentage du montant du versement. En moyenne, ils avoisineront les 3,10 %. Aussi, sur un versement de 1 000 €, environ 31 € seront saisis par l’assureur, pour ne placer en réalité que 969 €;
  • Les frais de gestion : Sur un contrat monosupport, ne proposant que des placements sur des fonds euros, l’assureur se réservera des frais pour la gestion des produits financiers. Sur des placements en unités de compte, les frais sont supérieurs parce que le risque pris est bien plus important pour l’assureur. De plus, avec un mode de gestion mandaté où une société experte gère en totale liberté le capital épargné, des frais de gestion seront appliqués par l’assureur et par la société de gestion. Ne dépassant généralement pas 1 % de l’épargne, ils sont déjà déduits du taux de rendement affiché par l’assureur;
  • Les frais d'arbitrage : Ils sont dus sur les contrats multisupports, dans le cas d’un changement de support d’investissement. On appelle cela l’arbitrage. Arbitrer des choix pour retirer l’épargne placée sur un support qui ne satisfait pas les attentes de rendement promis, et la positionner sur un autre support possiblement plus rémunérateur, engendre des frais facturés par l’assureur. Toutefois, certains d’entre eux offrent un nombre d’arbitrages annuels gratuits. On les estime à 0,50 %.

Tous cumulés, ils ne devront pas dépasser 5 % des sommes épargnées. Le courtier est sollicité pour notamment abaisser au maximum ces frais qui diminuent la performance d'un contrat.

La confiance est l'élément clé

Il est important d'avoir pleinement confiance en son courtier, et ça sera évidemment à ce dernier de parvenir à gagner la confiance du client en agissant en totale transparence. Pourquoi insister sur ce point ? Car nous venons d'expliciter le principe de sa rémunération. Puisqu'il touche une part des frais appliqués au contrat d'assurance vie, et que chaque placement en unité de compte ne se voit pas appliquer les mêmes frais, le risque est d'avoir affaire à un courtier qui oriente les choix de l'épargnant vers les placements les plus rentables pour lui-même, et non pour l'épargnant.

Il sera judicieux de s'aider des comparateurs en ligne pour dénicher le courtier le mieux noté, se voyant attribuer une très bonne satisfaction clientèle, et proposant des produits réellement compétitifs.

 
 

Comparateur Assurance Vie
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers