Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Placements Financiers > Assurance Vie > Souscrire à une assurance-vie : explications, conseils et comparateur

Souscrire à une assurance-vie : explications, conseils et comparateur

Souscrire à une assurance-vie : explications, conseils et comparateur

Une assurance-vie est un contrat souscrit par une personne auprès d’une compagnie d’assurances ou une mutuelle stipulant que l’organisme s’engage à verser un capital ou une rente. Le versement du capital ou de la rente s’effectue en fonction du type de contrat que vous choisissez.

Vous allez verser une prime à l’autre partie tout en épargnant pour vous ou votre succession. L’assurance-vie est un produit d’épargne général générant des intérêts et des avantages fiscaux sous certaines conditions. Voici quelques explications et conseils sur ce produit financier très apprécié de la majorité des Français.

L’assurance-vie : son fonctionnement

L’assurance-vie est un produit de placement vous permettant d’épargner et d’obtenir certaines réductions d’impôts. Il est possible de désinvestir du temps de votre vivant et récupérer votre capital augmenté des intérêts qu’il aura générés. Il est aussi concevable de verser les primes pendant tout le reste de votre vie et de nommer des bénéficiaires qui toucheront au moment de votre décès les sommes que vous aurez investies et les intérêts générés. Ces gains seront diminués d’éventuels frais inscrits préalablement à votre contrat d’assurance-vie. Sachez que selon vos préférences, vous pourrez opter pour des versements réguliers ou non et toujours sans limite de montant.

Avec ce produit d’épargne, vous jouissez d’une grande liberté, mais il ne vaut mieux pas désinvestir avant les huit premières années pleines pour bénéficier des avantages fiscaux. Vous êtes quand même libre de clôturer votre contrat d’assurance-vie ou d’effectuer des retraits quand vous le souhaitez. En fait, le risque garanti est votre propre vie. Si au terme du contrat, vous êtes toujours en vie, vous serez le bénéficiaire. Dans le cas contraire, le capital, ses intérêts ou moins-values seront versés aux bénéficiaires que vous aurez désignés dans votre contrat lors de sa souscription ou ceux qui seront désignés d’office au moment de votre décès si vous ne les avez pas indiqués sur le contrat.

Les versements

Vous pouvez effectuer des versements dont le montant est libre à partir du moment où vous avez souscrit un contrat d’assurance-vie. Ils peuvent être mensuels, trimestriels, ou annuels. Entre chaque échéance, vous avez aussi le droit d’effectuer des versements complémentaires. Vous pouvez encore opter pour des versements totalement libres. Dans ce cas, vous choisissez les montants et dates de vos versements ; par contre, certains organismes peuvent imposer un versement minimum. Enfin, la dernière option possible est le versement unique qui se fait au moment de la souscription.

Les quatre types de contrats d’assurance-vie

Vous pouvez choisir un contrat parmi les trois existant :

  • Le mono support
  • Le multisupport
  • Le contrat en unité de compte
  • Le contrat NSK

Le compte mono support est souvent choisi pour la sécurité qu’il peut vous apporter. La rémunération annuelle varie entre 3 et 6 % en ce moment et votre capital reste garanti par l‘organisme d’assurance. Sa rémunération est parfois insuffisante.

Le compte multisupport est constitué de SICAV, SCPI et FCP. Sa gestion peut être automatique pour que vos placements soient sécurisés et dynamisés. Il s’adapte à vos besoins et au minimum de risques que vous pouvez encourir. Il peut être performant si vous faites les bons choix de placements.

Le contrat en unité de compte est aussi constitué de SICAV, SCPI et FCP comme le compte multisupport, mais il est lié à la performance des divers marchés financiers. Le risque est de perdre partiellement ou totalement votre investissement.

Le contrat NSK est constitué d’au moins 30 % d’actions française dont 10 % sont consacrées à des parts de FCPI et 5 % à des titres non-côtés en bourse. La fiscalité de ce produit est dégressive, car les intérêts sont taxés à 15 % pendant les 4 premières années et à 15 % les quatre autres années consécutives. Par la suite, ce contrat devient exonéré d’impôt sur le revenu. Il a un rendement plus important que les autres contrats d’assurance-vie, a une fiscalité intéressante, mais comporte un risque très important

L’assurance-vie et la fiscalité

Le contrat d’assurance-vie à durée fixe permet à son souscripteur de bénéficier d’une exonération fiscale pendant huit années, mais au-delà, les plus-values (ou intérêts) sont partiellement taxées. En fait, ce sont les gains générés par les contrats d’assurance-vie et les rachats de contrats qui sont imposables. Il en va de même si vous effectuez certains prélèvements comme :

  • La sortie en capital lorsque l’épargne est versée en une fois
  • Le rachat partiel si vous récupérez une partie de votre épargne
  • Le rachat total lorsque vous récupérez la totalité de vos sommes investies avant l’échéance prévue. De plus, votre contrat d’assurance-vie est clôturé définitivement
  • La sortie en rente viagère si votre épargne est reversée sous forme de rente jusqu’à votre décès même si vous considérez que ces sorties sont un complément de revenu.

Si vous êtes handicapé et que vous avez souscrit un contrat d’assurance-vie à ce titre, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Dans ce cas, vous devez :

  • Être titulaire d’un contrat garantissant le versement d’un capital ou une rente si vous ne pouvez plus subvenir à vos besoins et si sa durée est d’au moins six ans.
  • Être titulaire d’un contrat souscrit pour un enfant handicapé et en sa faveur. Il se nomme le contrat rente survie.

Dans d’autres cas, il est possible que le capital d’un contrat d’assurance-vie soit converti en rente viagère jusqu’à votre décès. Cette rente est alors imposable en fonction de votre âge. Si vous avez :

  • Moins de 50 ans, la part imposée est de 70 %
  • De 50 à moins de 60 ans, la part imposée est de 50 %
  • De 60 à moins de 70 ans, la part imposée est de 40 %
  • 70 ans et plus, la part imposée est de 30 %

L’assurance-vie en cas de décès

Si vous êtes titulaire d’un contrat d’assurance-vie, il ne faut jamais négliger le fait de nommer vos bénéficiaires si vous décédez. Si vous n’avez pas choisi de bénéficiaires, ils seront nommés d’office en étant héritiers de premier rang ou descendants directs et le cas échéant, ils seront de second rang si vous n’avez pas de descendants ou ascendants directs. Si les capitaux et intérêts sont transmis à vos héritiers directs, ils seront exonérés d’impôts à concurrence de 152 500 €. Au-delà de cette somme, le prélèvement est de 20 % pour les primes qui seront versées avant 70 ans. Au-delà, l’exonération est réduite à 30 500 € et les capitaux supérieurs sont soumises aux droits de succession en fonction du lien de parenté. Les plus-values et intérêts sont exonérés d’impôts.

Afin de souscrire le contrat d’assurance-vie qui vous convient le mieux, le plus simple est d’utiliser un comparateur en ligne. Il met en concurrence de nombreux organismes d’assurances et vous renvoie les meilleures offres. Vous pouvez ensuite étudier le devis gratuit vous convenant le mieux à tête reposée. Comparer les rendements, la sécurité, les investissements et les rapports est très important pour votre avenir et celui de vos proches. Grâce à ce comparateur, vous pourrez choisir sereinement le contrat d’assurance-vie le plus adapté à vos besoins.

 
 

Comparateur Assurance Vie
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers