Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Gestion de Patrimoine > Gestionnaire de fortune et gestionnaire de patrimoine : quelle différence ?

Gestionnaire de fortune et gestionnaire de patrimoine : quelle différence ?

Gestionnaire de fortune et gestionnaire de patrimoine : quelle différence ?

Gestionnaire de fortune ou gestionnaire de patrimoine, voici deux termes aux frontières floues. Ils sont donc bien souvent confondus. Et pour cause, ils ont le même objectif : conseiller leurs clients sur leurs placements, leur patrimoine financier, immobilier ou même professionnel en définissant leurs objectifs, leurs profils d’investisseurs, et en préservant leurs intérêts.

Dès lors, quels sont les points communs entre ces deux spécialistes des finances ? Et quelles sont leurs différences ? On vous explique à qui vous devez vous adresser en fonction de votre situation.

Les points communs entre gestionnaire de patrimoine et de fortune

Le gestionnaire de patrimoine, comme le gestionnaire de fortune, œuvre dans le même but pour ses clients. Son métier consiste à faire fructifier leur patrimoine, optimiser la fiscalité au sens large, s’assurer de la transmission des biens par donation et succession, etc.

Des connaissances variées et une actualisation des savoirs sont donc nécessaires pour bien effectuer le métier de gestionnaire de patrimoine et de fortune. La finance, l’assurance, l’actualité économique, le droit patrimonial et le droit fiscal sont donc au centre de ses préoccupations.

Cependant, bien que ces deux profils exercent un métier très similaire, ils n’ont pas les mêmes clients…

Les différences entre gestionnaire de patrimoine et de fortune

La principale différence entre le gestionnaire de patrimoine et le gestionnaire de fortune est la typologie des clients auprès desquels ils travaillent.

Le gestionnaire de patrimoine travaille avec les foyers aisés financièrement

En effet, le gestionnaire de patrimoine perçoit des honoraires, alors que le gestionnaire de patrimoine perçoit essentiellement des commissions versées par les prestataires.

Le gestionnaire de patrimoine dispose en général d’un portefeuille de clients assez large, payant 2 500 euros ou plus d’impôts sur le revenu par an. Ses clients ont certes des revenus enviables, mais ne font pas pour autant partie des classes les plus fortunées.

Il travaille le plus souvent pour une banque ou à son compte en tant qu’indépendant. S’il est salarié, il est rémunéré en fonction de son expérience et doit proposer les produits de l’entreprise pour laquelle il travaille. S’il est indépendant, il travaille avec des prestataires le rémunérant à la commission. Il peut parfois percevoir des honoraires pour son travail s’il a pour mission de gérer les produits après leur souscription.

Le gestionnaire de fortune travaille avec les grandes fortunes

Au contraire, le gestionnaire de fortune a peu de clients, mais leur patrimoine est élevé, de l’ordre de 20 millions d’euros ou plus. Il peut être salarié ou non, mais son indépendance vis-à-vis des organismes avec lesquels il travaille est essentielle. Il peut donc travailler pour des banques privées ou exercer au sein d’un « family office ».

Parfois rémunéré au pourcentage du patrimoine géré, il peut n’avoir qu’un seul client, grosse fortune au-delà d’un milliard d’euros, en portefeuille. En résumé, le gestionnaire de fortune est un gestionnaire de patrimoine qui s’est spécialisé dans la gestion des gros portefeuilles, et connaît parfaitement ses clients.

On le qualifie bien souvent de confident, c’est un véritable allié et bras droit pour gérer les finances d’une famille en ayant connaissance de ses secrets et de son intimité.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers