Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Gestion de Patrimoine > Comment choisir le meilleur conseiller en gestion de patrimoine ?

Comment choisir le meilleur conseiller en gestion de patrimoine ?

Comment choisir le meilleur conseiller en gestion de patrimoine ?

Avoir un immense patrimoine à gérer n’est pas de tout repos. Il faut s’y connaître en droit, en fiscalité, en immobilier, en comptabilité… Pour ne pas s’astreindre aux inconvénients de gérer seul ses avoirs, il est préférable de passer par les services d’un conseiller en gestion de patrimoine. Ces professionnels s’affichent désormais partout et sont très demandés que l’on ait un petit ou un gros patrimoine à gérer.

Conseiller en gestion de patrimoine : pourquoi faire appel à ses services ?

La gestion de patrimoine est un exercice périlleux surtout si vous n'avez ni la disponibilité ni les compétences nécessaires sur le sujet. En effet, il va falloir gérer vos biens immobiliers, rester au fait de l’actualité boursière, choisir les bons placements, créer des montages financiers efficaces et bien plus encore. À la moindre erreur, vous risquez gros. En conséquence, il est préférable de ne pas se lancer seul dans cette aventure et de faire appel aux services d’un conseiller en gestion de patrimoine (CGP).

Endossant à la fois le titre d’analyste, investisseur, fiscaliste, conseiller financier, expert-comptable ou avocat, ce professionnel multi-casquettes a pour mission de s’occuper de l’ensemble de votre patrimoine : biens immobiliers et fonciers, biens matériels, actifs financiers, œuvres d’art, droits d’auteur, etc. Ses tâches sont particulièrement variées. Il peut vous orienter sur les meilleurs placements à faire selon vos objectifs, vos espérances de gain ou votre aversion pour le risque. Il est là également pour s’occuper de la transmission de votre patrimoine ou vous aider à préparer la retraite plus sereinement. L’intervention d’un CGP s’effectue toujours en trois temps. La première phase commence par un audit financier, fiscal et juridique de votre patrimoine. Puis, il établit les actions à entreprendre après une concertation avec vous et procède enfin au suivi du dossier.

Quel professionnel engagé pour gérer votre patrimoine ?

Le plus dur sera maintenant de trouver le bon CGP, car en France, il existe près de 4000 cabinets spécialisés sur le sujet. Ces professionnels ont des statuts différents : certains exercent comme professions libérales tandis que d’autres travaillent comme salariés auprès des banques. Des CGP opérant comme courtiers en assurance existent également. Plusieurs experts-comptables ou notaires proposent aussi ce type de prestations. Le choix va s’effectuer surtout en fonction de la valeur du patrimoine. À moins de 200 000 euros, il est préférable de vous occuper vous-même de vos propres biens. Un conseil : affectez la moitié de votre capital à une épargne de précaution et l’autre moitié à différents placements comme des actions, une assurance-vie ou encore un PEA.

Avec un patrimoine de 500 000 euros, misez sur un bon CGP. Ceux œuvrant comme salariés pour les banques auront tendance à proposer uniquement les produits de leur propre établissement d’où l’intérêt de vous tourner vers des conseillers indépendants qui ne sont pas rattachés à des réseaux nationaux de banques ou d’assurances. Enfin, si vous avez un patrimoine estimé à plusieurs millions d’euros, le plus judicieux est de solliciter un family office ou une banque privée.

Les qualifications et les qualités d’un bon CGP

Pour pouvoir exercer, un CGP doit être immatriculé au sein du Registre Unique des Intermédiaires en Assurance, Banque et Finance (ORIAS). Il peut aussi être affilié à une chambre professionnelle certifiée par la Compagnie des CGPI, le CNGP, le CNCIF, l’Anacofi ou encore l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Avoir un statut de Conseiller en Investissement Financier (CIF) est aussi nécessaire bien que cela ne soit pas obligatoire. En outre, vous devez vous poser des questions sur le mode de tarification de votre futur partenaire. Le CGP facture habituellement des honoraires ou se rémunère sur la base de rétro-commissions qu’il récupère sur les produits qu’il parvient à vendre.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers