Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Placements Financiers > Produits Financiers > Livrets d'épargne : la liste complète et leurs avantages

Livrets d'épargne : la liste complète et leurs avantages

Livrets d'épargne : la liste complète et leurs avantages

Il existe de nombreux livrets d’épargne sur le marché. Ils permettent de mettre de l’argent de côté en toute simplicité, sans risque de perte financière tout en profitant des intérêts qu’ils génèrent.

On distingue deux grandes familles de livrets d’épargne : les livrets réglementés et les livrets bancaires. Nous vous proposons de faire le tour de chaque type de livret pour mieux comprendre ses avantages.

Rappel : qu’est-ce qu’un livret d’épargne ?

Le livret d’épargne tient son nom de son origine avant l’apparition des supports informatiques. Les épargnants détenaient alors un livret physique, sur lequel étaient annotées toutes les opérations de retraits et de versements effectuées à la banque.

Aujourd’hui, le livret d’épargne est certes dématérialisé, mais ses principes n’ont pas changé. Les conditions d’ouverture sont déterminées soit par l’État français dans le cadre des livrets réglementés, soit par la banque dans le cadre des livrets bancaires.

Les encours y sont sécurisés, car les livrets d’épargne bénéficient du FGDR (Fonds de Garantie des Dépôts et Réolution). Ainsi, les dépôts additionnés sont assurés jusqu’à 100 000 euros par client et par établissement bancaire.

Les retraits et versements y sont libres et garantis sans frais, dans la limite d’un plancher et d’un plafond. Le calcul des intérêts se fait toujours par quizaine et ces derniers sont versés soit en fin d’année, soit lors de la fermeture du livret.

Liste des livrets d’épargne réglementés

Les livrets d’épargne réglementés sont distribués par les banques, mais leurs conditions d’ouverture, de fonctionnement et leur taux d’intérêt sont fixés par l’État. En contrepartie, ils procurent des avantages fiscaux : ils sont exonérés de prélèvements sociaux et d’impôt sur le revenu.

Le livret A

Le livret A est le livret « star » le plus connu des français. Livret historique, il est très souple puisque 10 euros suffisent à l’ouvrir et que son plafond est élevé (22 950 euros pour les particuliers et 76 500 euros pour les associations).

Ce grand classique est ouvert à tous, aux mineurs comme aux majeurs, dans la limite d’un seul livret A par personne physique ou morale, tous établissments bancaires confondus.

Le taux de livret A est révisé deux fois par an par l’État en fonction de l’inflation, mais il arrive qu’il soit en-dessous, comme actuellement, avec un taux d’intérêt jamais vu aussi bas de 0,50 %.

Pour information, les fonds collectés sur les livrets A financent principalement le logement social et la politique de la ville.

LDDS : Livret de Développement Durable et Solidaire

Successeur du LDD, le LDDS n’est ouvert qu’aux personnes majeures et limité à un seul livret par personne. Le versement initial est de 10 ou 15 euros en fonction des établissements bancaires, mais ne peut être supérieur à 15 euros. Le plafond est quant à lui de 12 000 euros.

Le taux de LDDS est identique à celui du livret A. Les fonds collectés sur les LDDS financent principalement la transition écologique.

LEP : Livret d’Épargne Populaire

Le LEP suit une réglementation identique à celle du livret A. Il est le plus intéressant des livrets réglementés en matière de taux d’intérêt, mais n’est ouvert aux contribuables que sous conditions de revenus, moyennant un dépôt initial minimum de 30 euros.

Pour être éligible à l’ouverture d’un LEP, il faut se référer au RFR (Revenu Fiscal de Référence) du contribuable de l’année N-2. Ainsi, pour un LEP ouvert en 2021, votre RFR 2019 ne doit pas excéder les montants suivants : 19 777 euros pour une personne seule ou 30 645 euros pour un couple.

Quotient familial

Plafonds de revenus

1 part

19 777 €

1,5 part

25 311 €

2 parts

30 645 €

2,5 parts

35 979 €

3 parts

41 313 €

3,5 parts

46 647 €

4 parts

51 981 €

Demi-part supplémentaire

5 334,012 €



Pour conserver son LEP, le détenteur du livret doit justifier chaque année de ses revenus auprès de son établissement bancaire. Il est maintenu la première année et conservé si le contribuable repasse sous les plafonds l’année suivante.

Le LEP est limité à un seul livret par contribuable, dans la limite de deux livrets maximum par foyer fiscal. Son taux d’intérêt est supérieur à 0,5 points à celui du livret A, soit 1 %.

Livret jeune

Le livret jeune est destiné aux personnes physiques âgées de 12 à 25 ans. Son taux d’intérêt est fixé librement par les banques et il est donc nécessaire de comparer les différentes offres avant d’y souscrire. En revanche, son taux ne peut jamais être inférieur à celui du livret A.

Le versement initial est de 10 euros et le plafond du livret jeune est de 1 600 euros. Les retraits sont soumis à autorisation parentale jusqu’aux 16 ans de l’épargnant. Après 16 ans, les retraits sont libres sauf opposition du représentant légal. À partir de 18 ans, les retraits s’effectuent sans conditions.

Bon à savoir : en février 2021, ce sont AXA banque et HSBC qui proposent le meilleur taux d’intérêt, à savoir 2 %, pour l’ouverture d’un livret jeune. Les banques régionales, comme le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel, la Caisse d’Épargne ou la Banque Populaire sont susceptibles de proposer des taux différents en fonction des caisses régionales.

Tableau comparatif des différents livrets d’épargne réglementés

Dénomination

Public concerné

Minimum

Plafond

Intérêts

Livret A

Tout public

10 €

22 950 € pour les particuliers

76 500 € pour les associations

0,50 %

Livret de développement durable et solidaire (LDDS)

Personne majeure

15 €

12 000 €

0,50 %

Livret d'épargne populaire (LEP)

Personne à revenus modestes

30 €

7 700 €

1,00 %

Livret jeunes

12-25 ans

10 €

1 600 €

0,50 % minimum

Les livrets bancaires

Les livrets d’épargne bancaires sont distribués par les banques, dans les conditions de leur choix. En conséquence, il existe de nombreux livrets bancaires, chaque banque proposant une offre qui lui est propre. Plus souples, les livrets bancaires sont soumis à l’impôt.

Les livrets boostés

On appelle « livrets boostés » ou « super livrets » les offres promotionnelles créées par les différents établissements bancaires pour attirer les nouveaux clients. Les livrets boostés affichent des taux d’intérêt attractifs sur une durée limitée, allant généralement de 1 à 6 mois.

Ils peuvent donc être particulièrement intéressants, mais il convient de bien vérifier les conditions d’entrée, à savoir : minimum de versement, plafond maximum, durée de détention, taux d’intérêt après période promotionnelle, etc.

Fiscalité des livrets bancaires non réglementés

Par défaut, les livrets bancaires réglementés sont soumis au PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) de 30 %. Le PFU, en vigueur depuis le 1er janvier 2018, est composé de la façon suivante :

  • 17,2 % au titre des prélèvements sociaux
  • 12,8 % au titre du prélèvement forfaitaire libératoire

Les intérêts versés sont donc diminués des taxes à payer à la source. Sur 100 euros d’intérêts, vous ne recevrez que 70 euros.

Bon à savoir : les foyers modestes peuvent demander à leur établissement bancaire la dispense de prélèvement forfaitaire libératoire si leur RFR est inférieur à 25 000 euros pour une personne seule ou à 50 000 euros pour un couple. Ils seront alors imposés selon le barème progressif de l’impôt sur le revenu.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers