Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Placements Financiers > Produits Financiers > Qu'est-ce qu'un OPCVM ? Quel fonctionnement ?

Qu'est-ce qu'un OPCVM ? Quel fonctionnement ?

Qu'est-ce qu'un OPCVM ? Quel fonctionnement ?

L’acronyme OPCVM désigne un Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières. Nous sommes d’accord pour convenir que cette définition n’aide pas vraiment l’investisseur néophyte. Surtout qu’il existe deux grandes catégories d’OPCV, que sont respectivement les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable) et les FCP (Fonds Communs de Placement).

Difficile de s’y retrouver au milieu de toutes ces abréviations si on ne sait pas ce qui ce cache derrière. C’est pourquoi nous vous expliquons dans cet article, de manière simple et abordable pour tous, ce qu’est un OPCVM, et comment il fonctionne.

Définition de l’OPCMV

L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques) publie une définition officielle des OPCVM, qui rejoint tout à fait celle donnée par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers).

Ainsi, les OPCVM sont des organismes de placement collectif en valeurs mobilières. De fait, ils ne désignent pas directement un placement ou un produit financier, mais des intermédiaires financiers donnant à un souscripteur (vous) la possibilité d’investir sur des marchés financiers auxquels il aurait difficilement accès seul.

L’usage, par simplification, a étendu la définition d’OPCVM directement au placement financier. Il peut s’agir de placements comprenant des actifs monétaires, obligataires, ou encore des actions, c’est-à-dire des valeurs mobilières. Le plus souvent, ce sont des valeurs que l’on retrouve sur les marchés étrangers ou les actions non cotées, d’où leur intérêt pour l’investisseur.

Derrière le placement OPCVM, il existe donc une société de gestion qui tire les ficelles, à l’instar des SCPI. En achetant des OPCVM sous la forme d’actions ou de parts, vous accédez à un portefeuille diversifié géré par un professionnel de la finance agréé par l’AMF (si l’OPCVM est bien de droit français).

L’activité principale de ces sociétés de gestion commercialisant des OPCVM est donc de collecter des fonds en émettant des titres financiers proposés à l’achat aux particuliers, entreprises, sociétés, etc. Elles acquièrent ainsi des actifs financiers, qu’elles doivent ensuite gérer dans l’intérêt des souscripteurs.

Fonctionnement de l’OPCVM : forme juridique

On distingue deux grandes formes d’OPCVM, qui peuvent opérer sur des marchés similaires, mais avec des modes d’organisation différents : les SICAV et les FCP.

Première forme d’OPCVM : la SICAV

La SICAV est une société anonyme à capital variable, dirigée par un conseil d’administration. Elle émet des actions au fur et à mesure des souscriptions. L’investisseur est donc actionnaire et peut s’exprimer lors des assemblées générales, et proposer sa candidature au conseil d’administration.

Autre point distinguant la SICAV du FCP, c’est un OPCVM avec un capital d’au minimum 7,5 millions d’euros.

Deuxième forme d’OPCVM : le FCP

Le FCP est un fonds commun de placement sans personnalité juridique propre, il s’agit d’une copropriété créée par la société de gestion. Il émet donc des parts sociales. L’investisseur est donc un détenteur de parts, ne disposant pas de droits particuliers, mais acceptant que la société de gestion agisse dans son intérêt.

Dernier point distinguant le FCP de la SICAV, c’est un OPCVM avec un capital d’au minimum 400 000 euros.

Fonctionnement de l’OPCVM : catégorie d’OPCVM

On distingue 6 catégories différentes d’OPCVM, la nomenclature étant précisée par l’AMF depuis 2005, en fonction des sous-jacents, c’est-à-dire des actifs financiers, détenu par l’OPCVM.

Ce classement est important pour l’investisseur, car il reflète le niveau de risque pris par l’OPCVM, puisque les produits financiers se trouvant au sein du placement diffèrent.

Catégorie 1 d’OPCVM : les OPCVM monétaires

Les OPCVM monétaires sont sans aucun doute les moins risquées, et ce sont aussi celles qui ont les perspectives de rendement les plus restreintes. Avec une OPCVM monétaire, vous investissez sur des titres financiers comme des bons du trésor ou des titres de créance négociable.

Cette catégorie d’OPCVM est à envisager pour un placement à court terme, et offre une bonne liquidité.

Catégorie 2 d’OPCVM : les OPCVM obligataires

Les OPCVM obligataires sont, comme leur nom l’indique, composés majoritairement d’obligations. Il s’agit donc d’investir dans les dettes de l’État ou des entreprises privées de plusieurs secteurs d’activité. Le risque est un peu plus élevé qu’avec les OPCVM monétaires, mais demeure relativement faible.

Cette catégorie d’OPCVM est à envisager pour un placement à moyen terme, et peut offrir un rendement supérieur à l’OPCVM monétaire.

Catégorie 3 d’OPCVM : les OPCVM actions

Les OPCVM actions, comme leur nom l’indique ici aussi, sont composées majoritairement d’actions. En effet, 60 % du portefeuille doit être en actions, le restant pouvant être investi sur des fonds plus sécuritaires de type monétaire ou obligataire, afin de limiter le risque de perte en cas de fluctuation du marché.

Cette catégorie d’OPCVM est à envisager pour un placement à long terme. La société de gestion peut se spécialiser sur un secteur géographique ou un secteur d’activité spécifiques. Dans tous les cas, la rentabilité peut être élevée, tout comme le risque.

Catégorie 4 d’OPCVM : les OPCVM alternatifs

Les OPCVM alternatifs, ou à gestion alternative, sont composées d’au moins 10 % d’autres OPCVM. En clair, ce sont des OPCVM d’OPCVM spécialisés dans les placements alternatifs. Sachez que ces placements dits alternatifs sont axés sur la rentabilité et donc risqués. Le plus souvent, l’OPCVM choisir les hedge funds, junk funds en raison de leur rentabilité potentielle. Plus rarement, les fonds alternatifs sont constitués par de l’immobilier ou des matières premières.

Le but ici est de booster la valeur de l’OPCVM afin de dépasser l’indice de performance des OPCVM non alternatifs. L’OPCVM alternatif est donc plus risqué que l’OPCVM actions.

Catégorie 5 d’OPCVM : les OPCVM fonds à formule

Les OPCVM de fonds à formule, aussi appelés OPCVM à formules ou OPCVM à produits structurés, se donnent pour objectif d’atteindre un rendement défini à une date définie. Il s’agit donc d’un placement bloqué. Le couple rendement / risque dépend de la politique de la société de gestion.

En effet, vous pouvez trouver des OPCVM de fonds à formule à capital garanti, comme vous pouvez en trouver d’autres extrêmement risqués. Mais vous trouverez sans aucun doute chaussure à votre pied.

Catégorie 6 d’OPCVM : les OPCVM diversifiés

Les OPCVM diversifiés, mise, comme leur nom l’indique, sur des fonds variés, généralement en obligations et en actions. Les zones géographiques et secteurs d’activité dans lesquels investit l’OPCVM peuvent donc être très éloignés l’un de l’autre.

Le risque est variable selon les choix opérés par la société de gestion, mais les règles du jeu sont clairement définies à l’avance. Vous savez donc à quoi vous vous exposez en qualité d’investisseur.

Fonctionnement de l’OPCVM : avantages et inconvénients

Comme tout placement, les OPCVM présentent des avantages et des inconvénients. Il convient de les appréhender dans leur globalité avant d’investir. Mais sachez qu’il y a suffisamment d’OPCVM disponibles pour le marché pour contenter chaque profil d’investisseur.

Les avantages des OPCVM

  • Une diversification du portefeuille à moindres frais : vous pouvez vous positionner sur de nombreuses valeurs même avec un capital restreint, ce qui n’est pas possible avec un investissement en direct,
  • Une gestion collective des fonds : vous prenez moins de risques qu’en investissant seul, et vous vous simplifiez la gestion de votre portefeuille, des professionnels s’en occupent pour vous,
  • Une bonne liquidité : il est facile de revendre ses parts ou ses actions d’OPCVM à tout moment, le marché supporte de nombreuses transactions.

Les inconvénients des OPCVM

  • Un capital non garanti : exception faite des OPCVM à formules au capital garanti, vous êtes soumis aux fluctuations du marché, qui peuvent aller du risque de la baisse de votre épargne à la perte en capital,
  • Des frais et une fiscalité qui peuvent être élevés,
  • Attention aux OPCVM étrangers : qui dit OPCVM étranger ne dit pas forcément mauvais placement, mais il ne s’agit pas d’un produit agréé par l’AMF et il faut se renseigner en amont sur la société de gestion.

Fonctionnement de l’OPCVM : quels sont les frais ?

Les frais liés à la détention d’OPCVM varient selon l’OPCVM choisi, mais ils comprennent trois éléments : les frais d’entrée et de sortie, les frais courants et les commissions de surperformance. Il est important d’en prendre connaissance avant d’investir, car ils viennent impacter votre rendement global :

  • Les frais d’entrée et de sortie : les premiers sont à payer lors de la souscription, et les seconds lors du rachat,
  • Les frais courants : ce sont les frais dus à la société de gestion, représentant l’ensemble des frais de fonctionnement de l’OPCVM,
  • Les commissions de surperformance : ce sont des frais facultatifs qui peuvent être ou non prévus au contrat, ils sont dus à la société de gestion lorsque les objectifs fixés sont dépassés.

À ces frais peuvent s’ajouter des « frais d’enveloppe » pour les personnes n’investissant pas en direct, mais par le biais d’un contrat d’assurance vie par exemple.

Bon à savoir : tous les frais liés aux OPCVM figurent dans la documentation fournie par la société de gestion, sur un support similaire au DICI (Document d’Information Clé pour l’Investisseur).

Fonctionnement de l’OPCVM : quelle est l’imposition ?

En investissant sur les OPCVM, vous êtes taxés si vous percevez des dividendes en qualité d’actionnaire lors de votre durée de détention, ou en cas de plus-value au moment de la revente. Vous pouvez opter :

  • Pour le PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) ou flat tax : vous payez sur les dividendes et plus-values 30 % de taxes, dont 17,2 % au titre des prélèvements sociaux et 12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu,
  • OU pour le barème progressif de l’impôt sur le revenu : attention, cette option s’applique sur l’ensemble de vos placements, pas seulement sur les OPCVM, les dividendes sont taxés en fonction de votre TMI après un abattement de 40 %, tandis que les plus-values sont taxées en fonction de votre TMI sans abattement.

Bon à savoir : si vous optez pour l’investissement en OPCVM via l’assurance vie, c’est la fiscalité propre à l’assurance vie qui s’applique, avec un abattement de 4 600 euros après 8 ans de détention pour une personne seule (et 9 600 euros pour un couple)0

Vous savez désormais tout, ou presque, sur les OPCVM. Si cet article vous a donné envie d’investir sur ce placement pour diversifier votre épargne, sachez que vous pouvez le faire grâce à trois produits financiers. Vous pouvez en effet investir en OPCVM via un PEA (Plan Épargne en Actions), via un CTO (Compte Titres Ordinaire) ou via une assurance vie avec des unités de compte en OPCVM.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers