Vous êtes ici : Les dossiers d'Assurément Invest > Placements Financiers > Produits Financiers > Le LDDS, Livret de Développement Durable et Solidaire : bonne stratégie de placement ?

Le LDDS, Livret de Développement Durable et Solidaire : bonne stratégie de placement ?

Le LDDS, Livret de Développement Durable et Solidaire : bonne stratégie de placement ?

Le LDDS, Livret de Développement Durable et Solidaire, a remplacé le Codevi et le LDD Livret de Développement Durable. Il s’agit d’un produit d’épargne réglementé, au taux déterminé et garanti par l’État français. Les fonds collectés par les banques sur les LDDS servent à l’octroi de prêts immobiliers à taux attractifs, destinés à financer l’amélioration de la performance énergétique des logements.

Alors, le LDDS, est-ce pour vous ? Quel est son fonctionnement ? Et est-ce un placement judicieux pour vos finances ? On fait le tour de la question dans ce guide synthétique !

Qui peut ouvrir un LDDS ?

Le LDDS n’étant pas soumis à conditions d’ouverture spécifique, presque tout le monde peut en détenir un. Pour pouvoir ouvrir un LDDS, il est simplement nécessaire :

  • D’avoir son domicile fiscal en France
  • Être majeur ou mineur disposant de revenus et non rattaché au foyer fiscal de ses parents
  • Ne détenir qu’un seul LDDS par personne et deux tout au plus par foyer fiscal

Le LDDS, comment ça marche ?

Ouverture du LDDS

Pour ouvrir un LDDS, il faut vous déplacer dans une banque physique ou vous renseigner auprès d’une banque en ligne. La plupart des banques françaises proposent le LDDS, dont la distribution est libre.

Selon la banque choisie, on vous demandera plusieurs documents, parmi lesquels :

  • Une carte d’identité, un passeport ou un titre de séjour
  • Le dernier avis d’imposition pour justifier de votre domicile fiscal
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois pour justifier de votre adresse
  • Une attestation sur l’honneur mentionnant que vous résidez en France et que vous n’avez pas de LDDS dans un autre établissement

Versement initial et plafond

La loi n’impose aucun versement initial pour l’ouverture d’un LDDS. Cependant, les banques étant libres de subordonner l’ouverture de ce livre à un dépôt minimum, vous demanderont en pratique un solde de 10 ou 15 euros.

En revanche, aucun seuil minimal ne doit rester sur votre LDDS, la seule condition est de ne jamais avoir de solde débiteur, sous peine de clôture du livret pour non respect des conditions générales.

Enfin, le plafond du LDDS est de 12 000 euros, mais les intérêts générés peuvent porter le montant disponible sur votre livret au-delà du plafond.

Versements et retraits

Les versements et retraits sont libres sur le LDDS, dans le respect du plafond maximal de 12 000 euros. Selon l’organisme bancaire choisi, vous pouvez bénéficier d’une carte de retrait, uniquement utilisable aux guichets de votre banque.

Calcul des intérêts

Les sommes versées sur votre LDDS produisent des intérêts si et seulement si elles ont été laissées sur le livret une quinzaine entière. Les quinzaines considérées sont les suivant : du 1er au 16 du mois, et du 16 du mois courant au 1er du mois suivant.

La date de valeur retenue pour calcul des intérêts dépend donc des opérations effectuées, comme vous le montre le tableau ci-dessous :

Type d'opération

Opération effectuée avant le 15 du mois

Opération effectuée à partir du 16 du mois

Dépôt

16 du même mois

1er jour du mois suivant

Retrait

Dernier jour du mois précédent

15 du mois

Les intérêts, calculés par quinzaine, font l’objet d’une récapitulation périodique au 31 décembre de chaque année. Ils vous sont versés le 1er janvier de l’année suivante.

Taux d’intérêt du LDDS

Le taux d’intérêt du LDDS est aligné sur celui du livret A. Il est donc en 2021 de 0,5 %. Ce taux d’intérêt peut évoluer deux fois par an, à la hausse comme à la baisse, sous l’autorité de l’État. Ainsi, les taux du LDDS sont revus en janvier pour une entrée en application au 1er février, et en juillet pour une entrée en application au 1er août.

Fiscalité du LDDS

Le LDDS est un livret d’épargne totalement exonéré d’impôts, comme le sont le livret A et le LEP. Vous n’avez donc rien à régler, que ce soit par un prélèvement à la source ou lors de votre déclaration d’impôt : pas d’impôt sur le revenu, ni de prélèvements sociaux. Le taux de 0,5 % est donc un taux net.

Don à une entreprise de l’économie sociale et solidaire grâce au LDDS

Depuis le 1er octobre 2020, il est possible de faire un don, sans frais, à une ou plusieurs entreprises de l’économie sociale et solidaire, directement via votre LDDS.

Le contribuable n’a ainsi plus besoin de faire transiter les sommes par son compte bancaire courant. Par ailleurs, l’établissement bancaire ayant ouvert le LDDS doit vous proposer chaque année une liste d’au moins 10 entreprises de l’économie sociale et solidaire.

Fermeture du LDDS

Durée du livret

Le LDDS n’est pas soumis à une durée de détention minimale ou maximale. Il peut donc être conservé aussi longtemps que vous le désirez. Et en cas de fermeture, il peut en être ouvert un nouveau à tout moment.

Procédure de clôture

Vous pouvez fermer votre LDDS sur simple demande à votre établissement bancaire, à tout moment. Un courrier mentionnant vos nom, prénom, adresse, téléphone et votre numéro de livret est suffisant.

Si des sommes y sont disponibles, donnez à votre banque un RIB pour transférer les fonds. Enfin, sachez que pour une fermeture de LDDS en cours d’année, les intérêts seront calculés au prorata et versés au jour de la clôture.

Le livret de développement durable et solidaire est-il un bon placement ?

Le LDDS est un livret sans risque, les sommes versées et les taux annoncés sont garantis. Cependant, le rendement du LDDS est actuellement très faible, à l’instar de celui du livret A.

Si vous n’êtes pas éligible au LEP en raison de vos revenus, nous vous conseillons toutefois d’ouvrir un LDDS, ou un livret A, pour y placer uniquement votre épargne de précaution, soit l’équivalent de 3 à 6 mois de salaire.

Votre choix dépendra davantage de votre sensibilité : le LDDS financel’amélioration de l’habitat, tandis que le livret A finance le logement social et le renouvellement urbain.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers